Laurier II SACO- Yopougon Académie , une cité paisible de 27 ans en mouvement (Reportage)

Laurier II SACO
le chef de la cité à la remise des lots d'activités récréatives

Vous êtes les bienvenus  à  la cité Saco de Yopougon Académie, à l’Ouest d’Abidjan, la capitale ivoirienne. Ce quartier né de l’initiative de la Société Africaine  de Cacao existe depuis 27 ans. Lemediacitoyen vous invite à la découverte de sa dynamique population. Ambiance !

Débout aux alentours du carrefour académie à Yopougon, Niangon à droite, la cité Saco est  construite depuis 1997. C’est une initiative des dirigeants de la Société Africaine de Cacao (Saco), située à la zone 4 Biétri, toujours dans la capitale ivoirienne. Ladite société avait mis en place un projet intitulé « un employé une maison ».   102 maisons sont ainsi bâties. 102 familles se côtoient en bon voisinage.

Ici, les associations bougent. Elles regroupent soit des femmes, soit des hommes. Le supermarché et les magasins attirent du monde le week-end. La présence de commerces et de services ainsi que les espaces publics sont des répères de référence . Cela fait partie de l’image de marque qui fait bon vivre.  La sollicitude du chef de la cité, Auguste Blé , est aussi saluée. « Il est au service des habitants, il aide l’administration à régler les problèmes de sécurité et de développement du quartier », explique une native du quartier.

Les activités culturelles, les concours de jeux, les activités sportives, les miniconférences sont au rendez-vous. Cet agenda garni permet aux jeunes de renforcer des liens et instaure l’entente au niveau des différentes familles.

laurier II SACO
Remise des trophées et certificats par le président de la cité lors de la journée sportif

« Les activités organisées sont les Journées sportives et éducatives.  Une mini-conférence est au menu  avec un thème pioché  dans les objectifs de développement durable. L’objectif est de permettre aux jeunes et aux enfants de s’occuper sainement, de leur permettre d’aimer le travail, l’école et de les éloigner des vicissitudes de la société. Elle est organisée chaque année dans le mois de décembre. Comme récompense, nous avons des trophées des médailles des jeux de maillots, des livres, des diplômes, etc.. », explique le président des jeunes de la cité, monsieur ADONI Rémy.  Il chapeaute  des Journées sportives et éducatives à l’orée des vacances scolaires. Pour le leader  de l’association des jeunes de la cité SACO ‘’ AJS ‘’ ces journées ont du sens. 

« Cette association  permet  aux jeunes  que nous sommes d’approfondir les acquis de nos différentes formations. Mais surtout d’ apprendre à être responsables et organisés. C’est une base sociale solide pour aider la communauté, aider à l’insertion des jeunes. L’objectif principal de l’association est l’insertion professionnelle des jeunes de ladite cité afin qu’ils prennent la relève de leurs parents à la retraite, en transmettant les bonnes mœurs aux générations futures ».

Pour Rémi Adoni, ces activités  récréatives contribuent à baisser le taux de banditisme. Et elles contribuent aussi à la réussite scolaire ainsi qu’à la réduction des grossesses précoces …

Hormis l’association des jeunes, la cité SACO regroupe d’autres associations en son sein, celles des mamans, des papas et des femmes akans.

D’ailleurs, ce jeudi 30 mai 2024, aux environs de 7heures, les bruits de sifflets, des cris de joie réveillent les habitants. Certains   se regroupent aux portes de leur maison pour comprendre ce qui se trame. Eh oui! Ce sont   des femmes de l’association EBENEZER qui se rendent chez la présidente pour un rassemblement. En effet, c’est la fête des mères et elles ont décidé de célébrer l’événement.  Elles sont donc venues chercher leur première responsable pour sortir de la cité et se recréer.

L’association des femmes EBENEZER en route pour la célébration de la fête des mères

« Aujourd’hui on a décidé de fêter à l’extrême du nord de la commune d’Abobo dans le quartier N’dotré. Le rassemblement est prévu à 7heures devant mon portail. La fête se fera dans un grand maquis de la place, nous allons partager ensemble un repas, ambiancer comme nous savons si bien le faire, et parler de notre prochaine sortie ».  

Marguerite Kouadio, présidente des femmes akan de la cité SACO se prononce : « nous sommes une association de femme AKAN, on a décidé de créer ce mouvement parce que les akans ont les mêmes manières de concevoir les choses. L’objectif premier est de s’entraider et de rendre les mamans indépendantes à travers des tontines. Nous organisons aussi des sorties pour se divertir et renforcer les liens », explique-t-elle.

Quand on fait le tour du propriétaire ici, on est marqué par la propreté. Tous les deux mois, ont lieu des opérations coup de balaie. Laurier II n’a rien à envier aux quartiers

huppés d’Abidjan.  Laurier II SACO évolue  dans la chaleur  humaine. Dans une ambiance conviviable. Bon vent aux habitantes et habitants.

Ruth ASSOKO

Lemediacitoyen.com

 

Lire aussi:
Protection des données à caractère personnel, un expert plaide la  vulgarisation de la loi ivoirienne (Interview)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*