Processus électoral, Pulchérie Gbalet dénonce une ruse et invite à la trêve politique

    Le processus électoral suit son cours malgré l’absence de consensus . Et la crise sanitaire.  Cela n’est pas du goût de Pulchérie Gbalet, présidente de l’Alternative Citoyenne Ivoirienne. Elle dénonce une « ruse » du pouvoir d’Abidjan et invite à la « trêve politique ». 

    Pulchérie Gbalet insiste sur le dialogue politique inclusif. Elle l’a encore réclamé ce jeudi 24 avril 2020. Pour la leader, il faut « organiser dans les meilleurs délais un dialogue inclusif car la Côte d’Ivoire court un grand danger ». Elle veut aussi que les dirigeants decrètent « une trêve politique et associer l’opposition et la société civile à la gestion de la crise sanitaire »

 Ruse dans le processus électoral Selon Mme Gbalet 

    Mme Pulchérie met en doute la bonne foi du gouvernement. Elle dénonce  une » comédie du dialogue politique sur le code électoral » dont les discussions se sont déroulées du 5 janvier au 17 février 2020.         Elle parle d' »un autre échec » et énumère quatre  points d’accords. Il s’agit du parrainage citoyen, la caution à 50 millions. De même que du remboursement de la caution à 5% de suffrages.  Et la fin du convoyage des électeurs par l’exigence que chacun vote là où il réside.

    « Il était question de l’arbitrage du Chef de l’Etat sur les points de désaccord, lorsque sans poursuivre le dialogue, le code a été modifié en conseil des Ministres et il sera promulgué par ordonnance », s’indigne Pulchérie Gbalet.

    En outre, la présidente de l’Alternative Citoyenne Ivoirienne s’offusque  de la modification de la constitution. »La société civile et l’opposition s’y sont opposées mais celle-ci a été modifiée en pleine crise du COVID_19 le 17 mars et promulguée le 19 mars 2020″ .

    Par ailleurs, elle questionne la logique de la poursuite de l’enrôlement  malgré la crise sanitaire due au COVID_19.

     « Pendant que plusieurs sont en exil et qu’on enregistre seulement 130 000 enrôlés sur au moins 6,5 millions d’inscrits sur la liste de 2015, soit à priori seulement 2% des électeurs, peut-on actualiser la liste électorale ? (….)

    Comment pendant qu’on nous demande de ne sortir qu’en cas de nécessité, on peut nous inviter à poursuivre l’enrôlement alors que les masques ne sont pas disponibles pour tous ? »

    Pulchérie Gbalet souligne qu’il y a également eu la ruse avec la recomposition de la CEI.

      « D’une façon générale, il y a eu un gros problème d’anticipation dans l’organisation des élections qui laisse croire soit à un échec programmé, soit à une incompétence avérée », croit-elle.

Lemediacitoyen.com

Lire aussi:
Présidentielles 2020/ Pourquoi les discours tenus par deux ministres du gouvernement sont dangereux

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*