Changement climatique et droits des femmes : la Convention de la Société Civile Ivoirienne forme les organisations féminines

 

    Impliquer et mettre les organisations féminines face à leurs responsabilités dans le processus de promotion de droits de la femme et de l’inclusion en matière de lutte contre les effets de changement climatique ; c’est cet objectif principal que la Convention de la Société Civile de Côte d’Ivoire (CSCI) s’est fixé à travers le projet BENKADI mise en œuvre dans le pays depuis 2021.

    Pour l’atteindre, la CSCI a réuni au cours de deux (02) journées de formation, du 21 au 22 juillet 2022, à Abidjan, une trentaine de femmes issues de diverses organisations féminines de la société civile.

Cet atelier se justifie par le fait que dans le cadre de la mise en œuvre du projet BENKADI, six (06) études de bases ont été menées dont celle relative au genre et inclusion sociale dans la gestion de l’érosion côtière et la préservation des aires protégées.

    Les résultats de ces études ont montré que la problématique du genre est d’autant plus préoccupante qu’elle se ressent dans la gestion de l’érosion côtière et la préservation des aires protégées. En effet, les femmes et les jeunes ne sont pas impliqués au premier plan et les personnes en situation de handicap constituent la couche la plus vulnérable.

    Cependant, les changements climatiques ont des effets spécifiques sur les femmes et sur les hommes en raison de leurs différents rôles dans la société et l’accès différencié aux ressources sociales, économiques et matérielles.

    Ainsi, trois défis majeurs sont à relever : La réalisation de l’égalité femme-homme en relevant l’écart entre les droits juridiques et les normes socio-culturelles ; L’engagement et l’inclusion des femmes, des jeunes et des personnes vivant avec un handicap dans la prise de décisions sur les changements climatiques et enfin l’implication au premier plan des femmes, des jeunes et des personnes en situation de handicap dans la gestion de l’érosion côtière et la préservation des aires protégées.

    Au cours de ces deux jours d’échanges les femmes et leurs organisations ont été appelées à prendre toute leur place dans ce processus. Elles ont également reçu toutes les notions basiques nécessaires sur cette thématique qui leurs permettront en a point douté de mener des plaidoiries dans ce sens.

    Le coordonnateur de la CSCI, Mahamadou Kouma a encouragé les participantes à « agir ensemble pour sauver la planète ».

 

Lire aussi:
Yode et Siro crient YES après 12 ans de mutisme , et patatras

Dofra SEKONGO 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*