Education,  46 % des enseignants reconnaissent avoir des échanges sexuels avec leurs élèves  

Education, relations prof-élèves
La représentante de Onu femmes a livré des chiffres inquiétants sur les relations sexuelles entre prof et élèves (DR)

Organisée par le ministère de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, la  clôture des 16 jours d’activisme contre les violences faites aux femmes et aux enfants s’est tenue le 9 décembre 2019, à l’hôtel du district sis au plateau.

A cette cérémonie la Représentante Résidente de ONU Femme en Côte d’Ivoire Antonia Ngabala a révélé que 46 % des enseignants ont reconnu avoir des échanges sexuels avec leurs élèves. «La lutte contre le harcèlement sexuel peut améliorer le résultat des filles à l’école, car après avoir échangé avec des enseignants, 46 % de ces enseignants reconnaissent avoir des échanges sexuels avec leurs élèves », a-t-elle révélé.

En ce qui concerne les violences faites aux femmes et aux enfants, Antonia Ngabala a affirmé qu’ «en côte d’Ivoire, des femmes et des enfants meurent sur des coups tous les jours ». Selon elle, seulement 18% des cas aboutissent à une condamnation car l’obtention des chiffres est difficile. « Les femmes stigmatisées ont honte, elles ne dénoncent pas », a-t-elle justifié, avant d’émettre son souhait. Celui de ‘’demander des comptes aux violeurs et aux pédophiles pour que la honte change de camps ‘’.

Dans la même veine, le Président du Parlement des Enfants de Bingerville Tano Ezekiel a, au nom de tous les enfants de la Côte d’Ivoire exprimé un rêve. Celui de voir un monde sans Violence Basées sur le Genre.  « Je rêve d’un monde sans violence sexuelle, sans mutilation génitale féminine, ou les filles et les garçons terminent leurs études avant le mariage… Je rêve d’un monde ou la maltraitance psychologique n’existent pas », a-t-il indiqué.

A sa suite, la Présidente du Conseil National des Droits de l’Homme Namizata Sangaré, a insisté sur la tolérance Zéro. Puis elle a invité les victimes et témoins de violence quelconque à la dénonciation. « La violence à l’égard des femmes, n’est jamais acceptable et tolérable. Si vous êtes victime ou témoin d’un cas je vous prie de nous joindre au numéro 800 00 888 », a-t-elle laissé entendre.

La Ministre de la Femme de la Famille et de L’Enfant Bakayoko Ly Ramata a également prôné la tolérance zéro. « Il faut barrer la voie à l’impunité. Il faut sanctionner tous les auteurs. Il faut une prise de conscience collective », a-t-elle souhaité.  Et d’ajouter : « Les parents doivent multiplier les efforts pour plus de responsabilité. C’est dans  la conjugaison de nos efforts que nous arriverons à bout de ce fléau. Brisez le silence ! Oui brisez le silence ! ».

Les 16 jours d’activisme de lutte contre les violences faites aux femmes et aux enfants se tiennent chaque année du 25 novembre au 10 décembre. Cette 29ème édition a tourné autour de la thématique « Violence sexuelle sur les enfants : mobilisons-nous pour la tolérance zéro ».

Marina Kouakou

Lemediacitoyen.com

 

Lire aussi:
Covid-19, Ivoiriens bloqués à l'extérieur, le message du gouvernement 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*