Manifeste contre le harcèlement sur les femmes du show-business / par De Laure Nesmon, PCA de l’Ong Opinion Éclairée

 

    Je repartage avec vous lecteurs, cette réflexion de décembre 2021. Je l’avais publié sur Facebook, le dernier dimanche de 2021, une année dominée par le débat autour du féminisme sur la toile de mon point de vue.

    Beaucoup ont été surpris de nous voir intervenir sur des sujets qu’ils jugent minimes, habitués qu’ils fussent de nous lire sur certains sujets « élitistes ».

    Pour moi, il n’y a pas de sujet inutile. Tant que la société humaine reste au cœur du débat et que la vie humaine est en jeu, tout devient enjeu d’engagement, qui plus est, il existe plusieurs causes et nous ne pouvons pas tous nous retrouver à intervenir sur le même sujet.

    C’est une erreur de croire qu’il ne faut convoquer le féminisme que sur des questions politiques ou économiques. La vie culturelle est concernée. Et ce n’est pas que le peu de reconnaissance envers les écrivaines qu’il faudrait tancer. Le show-business fait partie de notre réalité sociale.

    Quand on a battu le pavé pour les droits politiques de la femme, nous n’avons pas raison de laisser de côté nos sœurs, les femmes du show-business. Lesquelles se voient quotidiennement indexées, pas pour leur art mais plutôt pour leur vie privée.

    Pourquoi ont-elles des enfants de différents pères, pourquoi choisissent elles un tel compagnon, pourquoi ne sont-elles pas mariées à leur âge, pourquoi ci ou pourquoi ça… Des questions harcèlement qui sont rarement posées à leurs collègues du sexe opposé.

    Que faire ? Laisser faire ? Bander les yeux ou les faire sortir de l’orbite pour marquer notre agacement et affronter ce sexisme ordinaire et ordinairement admis, toléré ? Tout ne sera plus comme avant depuis #MeToo à #VraieFemmeAfricaine, il n’y a plus de place pour la honte.

    Aussi, aimerions nous dire aux femmes où qu’elles se trouvent, de quelque secteur de la vie sociale où elles évoluent, qu’elles ne sont plus seules.

    C’est le lieu pour moi de réitérer mes vives félicitations à l’animatrice Konnie Touré pour son film résilient sur le célibat des femmes, elle qui est éternellement harcelée par des internautes.

    Femmes et hommes épris de liberté, levons-nous nous tous pour dire stop. Que cesse cet harcèlement de trop. Que les femmes portent désormais plainte pour harcèlement sexiste sur la toile. Et que le dispositif juridique soit renforcé pour des sanctions exemplaires.

    Dans les nations fortes, émergentes ou qui veulent évoluer , la question du sexisme ordinaire commence à faire débat. Au Chili c’est un programme de gouvernance basé entre autres sur des enjeux féministes qui a vu l’élection à plus de 55% du nouveau président,un jeune de 35 ans. Notre pays qui ambitionne compter dans le concert des nations n’a d’autres choix que de s’aligner pour le plein épanouissement de tous.

    C’est pourquoi j’invite à corser le dispositif répressif en cas de sexisme ordinaire. Cela, au nom de notre texte fondamental qui dans son préambule déjà proclame l’égalité femme-homme.

Cordialement.

De Laure Nesmon,
journaliste, activiste féministe et écologique
PCA de l’Ong Opinion Éclairée

Lire aussi:
Féminisme, des militantes d'Afrique de l'Ouest et du Centre se concertent

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*