Protection des lanceurs d’alerte, un fondateur de y’en a marre nommé coordinateur régional

    La protection des lanceurs d’alerte au centre des préoccupations. La Plateforme de Protection des Lanceurs d’Alerte en Afrique (PPLAAF) vient d’annoncer la nomination de nouveaux responsables. 

     Le journaliste  Fadel Barro, co-fondateur du mouvement Y’en a marre coordonne la protection des lanceurs d’alerte en Afrique de l’Ouest . Cela, pour le compte de La Plateforme de Protection des Lanceurs d’Alerte en Afrique (PPLAAF).

    Par ailleurs, Pierre Sané  fondateur et  président de l’Institut Imagine Africa rejoint le Conseil d’administration. C’est par un communiqué que la PPLAAF a livré l’information ce mardi 21 avril 2020.

     « Je salue tout le travail et tous les risques que les lanceurs d’alerte prennent dans des environnements extrêmement hostiles »,  salue Fadel Barro.

    Puis d’ajouter. « Il faut se rassembler pour mieux se défendre. Quand un lanceur d’alerte est isolé, il est plus vulnérable face à la répression que quand il se place au sein d’un groupe fort qui protège bien ses membres. »

    En outre, il faut souligner que ces  deux activistes sont des membres éminents de la société civile ouest-africaine.

    En effet, Pierre Sané est un ancien de l’UNESCO. Il est également ancien secrétaire général d’Amnesty International de 1992 à 2001.

    Pour la PPLAAF, Fadel Barro  a su faire de l’engagement citoyen “une philosophie d’action humaniste qui a rallié les jeunes du continent pour ouvrir de nouveaux horizons”.

    Fer de lance des mouvements citoyens, Fadel Barro est aussi ambassadeur de la Conscience d’Amnesty International depuis 2016.

          L’ on espère que l’arrivée de ces activistes chevronnés permettra de faire bouger les lignes dans la sous région. Il est aussi temps de mettre à contribution, à un haut niveau les activistes femmes. 

        

Nesmon De Laure

Lemediacitoyen.com

Lire aussi:
Médias, la digitalisation et l’image de l’Afrique au centre d’un colloque

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*