Côte d’Ivoire, la guerre des pouvoirs ; la destitution de Soro Guillaume dans la balance

|304 vues |
Démission « forcée » de Soro Guillaume, une dissension interne en plein exercice de pouvoir, rarement vue
Soro Guillaume reçoit du soutien (DR)

Les choses s’accélèrent en Côte d’Ivoire  dans le contexte du  26 janvier 2019, date prévue pour le congrès du RHDP, parti unifié. Soro Guillaume, le président de l’Assemblée nationale  qui  assume ses distances d’avec  Alassane Ouattara à travers le  « je suis RDR mais je ne suis pas RHDP », peut être évincé de son fauteuil.

L’exécutif, le législatif et le judicaire sont à couteaux tirés en Côte d’Ivoire.  L’assemblée nationale, s’appuyant sur l’immunité parlementaire, demande l’arrêt des poursuites contre Jacques Ehouo, député du plateau.  Elle entend analyser, via un tweet de Guillaume Soro, l’annonce de poursuite contre Alain Lobognon, accusé par le procureur de diffuser « des fausses nouvelles ».  Dimanche, Soro Guillaume a rendu une visite de soutien à Jacques Ehouo et à Alain Lobognon.

Conséquences : Il n’est pas exclu que tout soit mis en œuvre pour destituer le président de l’assemblée nationale de Côte d’Ivoire.  L’information circule dans des milieux généralement bien informés.  Samedi, 164 députés se sont retrouvés à Grand Bassam pour créer le groupe parlementaire RHDP.  Le parlement ivoirien  compte 253 membres. A l’analyse, avec 164  députés, le nombre  est suffisant pour pousser Soro Guillaume à la porte. En tout cas,  s’il n’adhère pas au RHDP le 26 janvier.

Dans des communiqués séparés, le ministère de la Justice et des droits de l’Homme  et le ministre  de l’Intérieur mettent en garde l’opinion sur l’intrusion de la politique et des communautés dans un débat de justice.

Sur les réseaux sociaux, ces mises en garde des membres du gouvernement sont commentées comme des entraves à la liberté d’expression.

Avant 2020, la bataille d’opinion entre les ex compagnons du RHDP fait rage. Quand les uns se rangent derrière leur communauté ethnique pour organiser la résistance, les autres utilisent le pouvoir d’Etat pour faire peur.

Justice Vero

Lemediacitoyen.com

Lire aussi:
Interview/ ECOSOCC-UA , Julie Koné, présidente du groupe sectoriel Femmes et genre : «  Les priorités de mon mandat  »

Email


*