Election 2020/ une vingtaine d’activistes bénéficient d’une restitution sur la  nonviolence  

L’Institut de la société civile d’Afrique de l’Ouest (Wacsi), avec le soutien de la Fondation Osiwa a mis  l’accent sur l’engagement des jeunes activistes de la sous-région dont 6 ivoiriens. Ce, à travers une formation sur la mobilisation nonviolente. L’objectif est d’atteindre  une société pacifique et participative. La formation  a eu lieu du 4 au 7 novembre 2019 à Accra au Ghana. Les participants ivoiriens ont restitué la formation le 23 novembre au siège du FOSCAO à Abidjan.

Les participants ivoiriens au séminaire de formation sur la nonviolence ont restitué la rencontre d’Accra.  Ils sont issus des structures suivantes :Open Africa initiative, le Forum des Organisations de la société civile d’Afrique de l’Ouest (FOSCAO-CI), le Média Citoyen édité par l’Ong Opinion Eclairée, l’ONG Actions des jeunes leaders pour l’éveil des consciences (AJECLEC), We For Her et la Coalition des indignés de Côte d’Ivoire (CICI).

L’objectif de la rencontre du 23 novembre est   non seulement de restituer la formation d’Accra.  Mais également de renforcer les capacités d’une vingtaine d’activistes (journalistes engagés- bloggeurs, organisations non-gouvernementales etc.) sélectionnés, sur les stratégies et approches apprises à Accra.

L’atelier a choisi une méthodologie fortement participative et interactive, marquée par des mini-communications. L’auditoire a eu droit à  une projection de film sur les combats non-violents de Ghandi. Les participants ont partagé leurs expériences de terrain  à travers des discussions ouvertes.

Pour effectuer un diagnostic du projet participation citoyenne en lien avec la présidentielle de 2020, les participants ont adopté les stratégies SWOT et PESTEL, permettant de lister l’ensemble des facteurs d’influence des élections et regroupé les faits pour identifier les tendances structurelles. Ainsi l’analyse SWOT qui consistait à évaluer l’environnement interne et externe de la présidentielle 2020, permettait de comprendre les forces, les faiblesses, les opportunités et les menaces. L’analyse PESTEL a également été utilisée pour approfondir l’analyse SWOT.

 Ainsi, chaque lettre du mot PESTEL représentait un domaine à explorer : Politique, Economique, Social, technologique, environnemental et Légal. Cela prenait donc en compte tous les aspects liés à la participation citoyenne. Aussi, à travers un schéma dénommé : le lobbying, les activistes ont pu identifier les alliés actifs, les alliés passifs, les neutres, les opposants passifs ou encore les opposants actifs de leur mission.

 L’enjeu était simplement de savoir comment les faire basculer à la participation citoyenne pour la présidentielle de 2020. Les sessions de travail en groupe à travers ces trois méthodes ont permis aux participants d’élaborer une stratégie qui devra alimenter une campagne citoyenne pour booster le civisme et appeler à des élections non-violentes.

Promouvoir la démocratie

Sedrick N’Gotta, président open Africa Initiative et président du comité d’organisation, espère que « les participants à travers leurs actions, vont s’engager efficacement dans l’activisme et la mobilisation non-violente pour promouvoir la gouvernance démocratique en Côte d’Ivoire dans l’unité, la planification et la discipline ».

Des bénéficiaires ont promis utiliser les acquis de la formation dans leurs organisations. D’autres ont souhaité la constitution  en réseau qui devra  permettre de coordonner leurs actions sur le processus électoral. Ils entendent œuvrer  pour garantir une meilleure participation des jeunes dans le processus de démocratisation de la société, dans la consolidation de la paix sociale, et plus spécifiquement dans la prochaine présidentielle de 2020.

Daniel Suspèr

Lemediacitoyen.com

 

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*