À l’assaut de l’hémicycle, le message derrière la candidature des jeunes

   À l’assaut de l’hémicycle, le message derrière la candidature des jeunes. L’élection des députés se tiendra le 6 mars 2021. Cette « bataille électorale aura une saveur très particulière car de nouveaux visages apparaissent.

 

      Des jeunes sur les réseaux sociaux se déclarent candidats et affichent des ambitions très sérieuses. Dans la circonscription électorale numéro 090, dans la région du Guémon, précisément Duékoué sous-préfecture et Guéhiebly commune, un jeune se signale. Il s’agit Roger Youan, leader de la Coalition ça suffit, une organisation de la société civile. Ce jeune très engagé se lance à cette compétition électorale sous la bannière indépendante. « Je suis un homme libre qui défend ses idées, c’est même pour ça que mes parents portent cette candidature avec moi», décline le candidat Roger Youan. 

     Selon lui, la jeunesse a du potentiel et c’est à elle de s’amuser et d’oser. « Être jeune, ce n’est pas un projet politique. Il faut montrer qu’on a des capacités et qu’on peut apporter mieux ou un plus. Moi, je ne suis pas pour une nouvelle génération de manipulateurs, de voleurs d’argent public et de violents», a t-il tranché. 

    A Lakota , Marcelle Godi ne cachait pas ses ambitions. Ces dernières années, elle a multiplié des actions de proximité avec écho dans les médias. « Nous sommes candidats , pour porter la voix de nos parents , pour dire que la jeunesse est aussi responsable et capable de prendre des décidions  qui peuvent changer notre quotidien . Nous sommes candidats pour dire qu’on peut être femmes ,d’une famille modeste et compter dans sa nation . Nous voulons susciter de l’espoir pour ceux  qui  pensent  que notre jeunesse est perdue » affirme-t-elle.

        Dans la commune de Cocody, un autre jeune compte aller au charbon. Oumar Sacko, militant du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp) affiche ses ambitions sur les réseaux sociaux. Il a déposé ses dossiers au niveau de son parti politique pour avoir le parrainage de son parti. Malheureusement sans suite. 

    Au niveau du Front populaire ivoirien (FPI), version Affi N’Guessan, le président de la Jeunesse FPI, Lia Ferdinand Gnan se porte candidat dans la localité de Duékoué. « Ma candidature est motivée par le désir de changement mais surtout d’un progrès politique. Nous allons en rang serré ma candidature devrait donc avoir le soutien de toute l’opposition ivoirienne», a indiqué Lia Ferdinand Gnan. A l’en croire,  son parti fait la promotion de la jeunesse et encourage les candidatures féminines. C’est la première fois,  qu’il brigue un poste électif.

    Ange Molou Kouassi, enseignant chercheur veut porter la voix des populations de la circonscription électorale de Béoumi à l’hémicyle. Militant du parti Liberté et démocratie pour la République (Lider), il se présente en tant qu’indépendant et avec le soutien de son parti. « Je ne veux pas me faire élire sous la bannière d’un parti politique. Le peuple reste et demeure mon mandant. Je ne veux pas faire ma mandature sous les directives et les ordres d’un parti. Je souhaite être libre et rédiger mes propositions de lois selon les vœux et souhaits des populations», argumente t-il.           Pour ce jeune enseignant « la jeunesse va se donner de la place dans le jeu politique en Cote d’Ivoire de par leurs engagements, car c’est le temps du changement».

    La journaliste Generosa Kouadio est aussi en lice dans la région du Bélier, circonscription 026. Elle entend défendre les intérêts de la population. Et particulièrement ceux de Lomokankro, Molonou, Tiebissou et Yakpabo Sakassou, communes et sous préfecture. 

   Au Parti démocratique de Cote d’Ivoire, un jeune très actif sur les réseaux sociaux veut prendre le pouvoir législatif dans la commune de Dabou. 

     A savoir, Jean-Yves Esso Essis, qui affirme bénéficier du soutien de la base. « Il a plu aux militants de voir en notre modeste personne celui qui pourra essayer de faire entendre la voix des populations du Leboutou au sein de l’hémicyle» a-t-il posté sur son compte facebook le 8 janvier 2021. 

   La codeuse Raïssa Banhoro a également déposé sa candidature, tout sourire. Elle se présente à Divo. 

  Avec toutes les candidatures et intentions de candidature de ces jeunes, les législatives s’annoncent t âpres. Verra t-on des jeunes mettre les anciens à la retraite? Est ce un conflit de génération qui ne dit pas son nom ? 

   Déjà sur la toile ivoirienne, le sujet alimente des débats. 

    Analysant la situation, la candidate de Lakota, militante du Cojep affirme ceci. « La popumation ivoirienne étant à 70% jeune , ils se retrouvent être les annimateurs majeurs de ces partis politiques . Ils veulent donc des responsabilités digne de leur contribution . Ceci dit personnement je ne vis pas cette réalité dans mon parti le COJEP . Car notre président étant lui-même jeune comprends notre état d’esprit « , croit Marcelle Godi. 

      Rendez-vous en mars 2021. En attendant, la validation des candidatures, la pré campagne se bat. 

EK  

Lemediacitoyen.com

Lire aussi:
Retrait de la compétence CADHP, 7 organisations demandent à l'Etat de revenir sur sa décision

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*