Me Abakar Djermah Aumi : Vers la présidence de l’UAJ

Union africaine de judo UAJ
Me Abakar Djermah Aumi à la conquête de l'Union africaine de Judo (UAJ). (DR)

Depuis l’annonce de sa candidature pour briguer la présidence de l’Union Africaine de Judo (UAJ), Me Abakar Djermah Aumi fait, avec minutie, un travail de couloir. Le président du Comité Olympique et Sportif Tchadien ne rate aucune occasion de se rapprocher davantage de l’électorat.

Ceux qui étaient encore réticents à le suivre, sont désormais engagés en faveur de sa candidature. Les dernières bourdes du président de l’UAJ, Habib Sissoko, pour nuire à son principal challenger, ont fait déchanter ses quelques rares soutiens, au profit de Me Abakar Djermah Aumi.

Serein, le président de la Fédération Tchadienne de Judo croit fermement en ses chances. Sans grand bruit encore, il fait déserter les rangs du président de l’Union Africaine de Judo. La décision de l’UAJ d’annuler toutes les compétitions de judo programmées au Tchad cette année n’a pas douché l’enthousiasme de Me Abakar Djermah Aumi. Avec 12 ans d’expérience en management international associatif, 21 ans d’expérience en éducation et coaching en art martial, 06 ans d’expertise en organisation des compétitions continentales et internationales, celui dont le président Habib Sissoko reconnaît officiellement « le dévouement et l’abnégation dans l’exercice de ses missions au service exclusif des athlètes et de la promotion du judo africain », fait montre d’une grande confiance.

« J’ai la ferme conviction de pouvoir apporter un renouveau et un dynamisme croissant pour le développement et la promotion de judo africain. Je m’engage à mener à bien la noble mission assignée à l’Union Africaine de Judo », déclare le candidat Abakar Djermah Aumi. « A travers mon programme, je souhaite avec mon équipe apporter une nouvelle dynamique dans la gestion du judo africain, la promotion et le développement du judo au plan africain et international doit être les défis de l’ère. L’éducation et la culture de la paix à travers le Judo seront au centre de notre politique et le code de judo notre ligne de conduite. Conscient que le champ d’action est donc large, mais mon cursus quantifié et qualifié, me permet d’être aujourd’hui le candidat potentiel pour la présidence de l’UAJ. C’est une preuve de responsabilité avérée, comptant sur vos appuis, je tiens à remercier les uns et les autres pour votre accompagnement », affirme le vice-président de la commission finances de l’ACNOA.

L’Assemblée Générale Elective de l’UAJ aura lieu en avril 2021. Association regroupant 54 fédérations nationales d’Afrique, elle a pour rôle de gérer, développer le judo à l’échelle continentale et mondiale.

Une contribution de Shalom Ametopko

Lemediacitoyen.com

Lire aussi:
Libre Opinion/ Comme Lilian Thuram, il faut combattre le racisme à la racine/Gisèle Doh

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*