Une présidentielle ivoirienne globalement satisfaisante selon l’Union Africaine

     Une présidentielle ivoirienne « globalement satisfaisante ». C’est la conclusion de l’Union Africaine qui a déployé 45 observateurs le jour du scrutin. Nous publions ici la conclusion et les recommandations de la déclaration préliminaire. 

CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS

    Le premier tour de l’élection du président de la République de Côte d’Ivoire s’est
déroulé de manière globalement satisfaisante en dépit d’un contexte politique caractérisé par l’absence de consensus sur le processus conduisant à l’élection du 31 octobre 2020 entre les acteurs politiques. Il en a résulté un appel à la désobéissance civile et des actes de violences.
       Dans l’objectif d’améliorer les processus politiques et électoraux futurs en République de Côte d’Ivoire, la MOEUA recommande :

Au Gouvernement :

– De prendre les mesures nécessaires afin de garantir l’inclusion et la
participation citoyenne telles que réaffirmées par le communiqué adopté par le Conseil de Paix et de Sécurité de l’Union africaine lors de sa 869ème réunion
tenue le 19 août 2019 sur les élections en Afrique ;
– Mettre en place un cadre de concertation entre les acteurs politiques et autres
parties prenantes afin de créer et d’affermir un climat de confiance à même de garantir la paix et la stabilité en République de Côte d’Ivoire y compris par la réactivation des mécanismes de Réconciliation nationale ;
– Articuler et harmoniser le cadre législatif portant sur les élections ;
– Renforcer l’indépendance des organes de gestion des élections conformément
à la Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance ;
– Renforcer les capacités des organes de régulations des médias ;
– Renforcer la sécurité des populations en général en particulier celle des
agents électoraux ;
– L’Union Africaine déplore les actes de violence ayant occasionné des pertes
en vies humaines et appelle le gouvernement à faire toute la lumière.

A la CEI

– Renforcer les capacités des agents électoraux en vue d’une meilleure maitrise
des procédures de vote ;
– Poursuivre et renforcer l’éducation civique et électorale des populations ;
– Encourager la participation des femmes et des jeunes dans les processus
électoraux ;
– Veiller au respect des mesures barrières de prévention de la COVID-19.Aux partis politiques et aux candidats
– Renouer le dialogue, seule issue pour une paix durable et la préservation de la
cohésion sociale ;
– Renforcer l’éducation civique et électorale de leurs militants et sympathisants ;
– Encourager la participation politique des femmes et des jeunes.


A la société civile


– S’engager dans l’organisation d’élections libres, inclusives et transparentes ;

– Promouvoir les réseaux féminins de la société civile et les activités d’éducation civique et électorale ;


– Œuvrer au renforcement de la paix et de la cohésion sociale.

A la Communauté internationale


– Poursuivre ses efforts en vue d’aider les parties prenantes du processus électoral à renouer le dialogue ;

– Appuyer les initiatives visant au renforcement de la paix et de la cohésion sociale.

 Extrait de la déclaration préliminaire 

Lire aussi:
Crise interne au RDR, une députée pro Soro claque la porte à 48h du congrès RHDP

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*