Urgence climatique, Houphouët Boigny parle en pleine forêt du Banco

|248 vues |
Houphouet Boigny avait prévenu l'urgence climatique(DR)

La Côte d’Ivoire bascule d’un couvert forestier de 16 millions d’ ha en 1960 à 2 millions d’ha aujourd’hui. Soit une perte de 90%. Pourtant, Houphouet Boigny, le héros de l’indépendance avait prévenu. Son appel à la préservation de la biodiversité est inscrit sur une pancarte à près de 4 km de marche sur le parcours touristique de la forêt du Banco.

 

L’actualité mondiale est à l’urgence climatique. Le 21 septembre 2019, une série de marche verte a eu lieu à travers la planète. Abidjan y a pris part.  La Fédération ivoirienne du scoutisme, notamment la branche Messengers of Peace Côte d’Ivoire en partenariat avec les plateformes Media for Change  et Generation for social impact, a organisé une marche verte de la paix ce même jour. Elle a eu lieu au parc national du Banco à Yopougon.

Une soixantaine de participants à cette randonnée ont pu découvrir les essences de ce parc. De même que la rivière Banco, qui donne son nom au parc.  Mais ce n’est pas tout. Le visiteur est surtout interpellé par des écriteaux invitant à la préservation de la biodiversité. Au nombre de ceux-ci, le message du père de l’indépendance, Félix Houphouet Boigny.

Marie Louise Ycossié, scout,  posant auprès du message (DR)

« La Côte d’Ivoire est trop belle. Trop harmonieuse et sereine pour que la responsabilité soit prise de détruire aveuglement ses beautés naturelles et ses richesses les plus authentiques. L’homme est allé sur la lune mais il ne sait pas encore fabriquer un flamboyant ou un chant d’oiseau. Gardons notre cher pays d’erreurs irréparables qui pourraient dans l’avenir l’amener à regretter ses oiseaux et ses arbres»

Autrement dit, la prise de conscience pour préserver l’environnement ne date pas d’aujourd’hui. Malheureusement, le message ne semble pas passer. La Côte d’Ivoire a perdu 90% de son couvert forestier depuis l’indépendance.

A l’heure de l’urgence climatique, il importe de travailler plus sérieusement à la préservation du couvert restant et au reboisement. Le parc national de Banco, poumon d’Abidjan  de 3458 ha doit être davantage chouchouté.

L’éco-musée du parc devrait être renfloué d’œuvres.  Pourquoi ne pas par exemple prévoir des échantillons des essences du couvert végétal à côté des squelettes d’animaux mis en exergue ? L’éco-tourisme a aussi un rôle de sensibilisation. C’est ce qu’indique en substance Marie Louise Ycossié, responsable des Scouts messagers de la paix, maîtresse d’œuvre de la marche verte pour la paix.

Une soixantaine de visiteurs a participé à la randonnée du 21 septembre 2019. (LMC)

«Ce genre d’activité permet de sensibiliser les jeunes en les exhortant à tisser une nouvelle relation d’amour avec la nature, les éduquer à la préservation des forêts, leur expliquer le rôle primordial des forêts dans la préservation de la biosphère et les conséquences de leur disparition sur le réchauffement climatique pour qu’ils en prennent conscience, changent de comportement et protègent les espèces végétales et animales bien évidemment. Les jeunes sont l’avenir et il important d’éveiller la conscience citoyenne autour de la protection de l’environnement car nos vies en dépende. Pour la journée internationale de la Paix, cela tombe à point car il y va de notre bien être Les changements climatiques constituent des menaces évidentes pour la paix et la sécurité internationale.  »

Selon les statistiques  du ministère des eaux et forêts, le pays comptait en 1960,  234 forêts classées d’une superficie d’environ 4,2 millions d’ha.  Les chiffres indiquent  231 forêts classées en 2016 avec seulement 1,3 million d’ha de forêt non dégradée selon la Société de Développement des Forêts (Sodefor).

Nesmon De Laure

Lemediacitoyen.com

Lire aussi:
Analyse/« L’éducation coûte trop cher ? Essayez l’ignorance »/ Prof. Alger EKOUNGOUN, Président du CNSER

Email


*