Covid-19, 60 millions de personnes menacées par l’extrême pauvreté selon la Banque mondiale

     La Covid-19 source d’extrême pauvreté. La pandémie menace 60 millions de personnes dans le monde malgré le déconfinement et la levée des mesures de restriction.  C’est ce que dit la Banque mondiale. 

     100 pays en développement représentant 70 % de la population mondiale. C’est la cible du Groupe de la Banque mondiale. Cela, pour les opérations d’urgence en réponse à la pandémie de COVID-19 (coronavirus). 

      Aussi, la Banque mondiale fait des précisions dans un communiqué de presse le 19 mai 2020. Selon elle, trente-neuf des 100 pays concernés sont situés en Afrique subsaharienne. Et pratiquement un tiers des projets sont déployés en faveur de pays en situation de fragilité et de conflit. Entre autres,  l’Afghanistan, Haïti, le Niger ou le Tchad.

     Donc cette assistance, s’inscrit dans l’engagement pris par l’institution de débloquer 160 milliards de dollars de dons et d’aide financière. Et cela, sur une période de 15 mois.  L’objectif est d’accompagner la riposte des pays en développement face aux conséquences sanitaires, économiques et sociales de la crise du coronavirus et de la mise à l’arrêt des économies avancées.

     « Cette pandémie et la mise à l’arrêt des économies avancées pourraient faire basculer jusqu’à 60 millions de personnes dans l’extrême pauvreté, gommant la plupart des progrès récents de la lutte contre la pauvreté, souligne David Malpass, président du Groupe de la Banque mondiale

     « Pour renouer avec la croissance, nous devons apporter des réponses rapides et modulables qui permettront de faire face à l’urgence sanitaire, mais aussi de fournir un appui financier et d’autres ressources extensibles dans le but de protéger les plus démunis, préserver l’activité du secteur privé et renforcer le redressement et la résilience économique », pense-t-il.

     Il est donc primordial que les États ne lâchent pas prise. La Côte d’Ivoire doit poursuivre la politique de soutien aux populations vulnérables. En toute transparence. 

Nesmon De Laure Lemediacitoyen.com 

Lire aussi:
Analyse/ Micro-épargne,  ce qu'il faut pour ceux qui gagnent 2000 F CFA par jour/ Stephane Ganhi, économiste de développement, spécialiste de l’inclusion financière

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*