Front contre le RHDP unifié, Bedié, le tape-nerfs ;  Soro, la stratégie du discrédit, zoom sur un jeu de rôle   

|314 vues |
Le RHDP d'Alassane Ouattara face à différents fronts (DR)

Ces derniers temps, les Ivoiriens ont assisté  à des envolées politico-mediatiques aussi bien des camps  RHDP, PDCI  que de camp proche de  Guillaume SORO. Ce, depuis le 26 janvier 2019, la date du congrès du RHDP.

En point de mire, la communauté internationale aux yeux de qui déconstruire le mythe Ouattara peut avoir de l’effet. En effet, ayant longtemps  côtoyé Alassane Ouattara,  Henri Konan Bedié et Guillaume Soro savent certainement que la force du premier cité réside le plus dans ses réseaux à l’international. Pour taper là où cela peut faire mal, ils adoptent des démarches qui font beaucoup parler au bord de la lagune Ebrié.

KONAN BÉDIE, le tape-nerfs

Bédié au PDCI a apparemment  décidé d’être lui-même au front. Il tient  un discours qui énerve et mets hors d’eux les inconditionnels du RHDP. Il a utilisé les termes <<Adultérin>>, <<Rassemblement des Hommes de la Rizière>> pour respectivement désigner les militants du RHDP et le RHDP. Il va loin en désignant le pagne du RHDP de « chiffon ».

 En même temps que Bedié tançait le RHDP depuis Daoukro, à Abidjan, au stade Felix Houphouet Boigny, c’est un Ouattara replongé dans vingt-cinq ans d’histoire qui rappelait les brimades subies par lui et ses proches du temps de la gouvernance de Bedié. Et d’ajouter qu’il a pardonné. Un pardon, qui n’a pas empêché qu’il accuse de manière insidieuse la gouvernance du sphinx de période de détournement de deniers publics, de « racisme » et de « xénophobie ».

La posture de BÉDIÉ a fait réagir toute la chaîne du RHDP, le Porte-parole Adjoumani, les femmes du RHDP ( qui a mis à nu les divergences sur la stratégie entre Kandia Camara et la très modérée Marietou Koné), Jeunesse RHDP , cyberactivistes… Ils se sont sentis obligés de sortir les muscles à travers les discours. Cette envolée de bois vert  a fait conclure  à bon nombre d’observateurs que la classe politique ivoirienne vole bas.  

 GUILLAUME SORO, un os dans la gorge

Guillaume SORO a décidé de mettre à mal le réseau Ouattara  en le présentant comme peu enclin aux procédures démocratiques. Et pour l’heure il semble bien s’amuser, même si l’un de ses fidèles écope d’un an de prison assorti d’une amende de 300 mille F CFA pour divulgation de fausses nouvelles.

– d’abord il sait qu’Abidjan ne raterait pas l’occasion de s’en prendre au  député Alain Lobognon.  Quand la procédure contre Lobognon est enclenchée, il monte lui-même au créneau et par arrêté après une réunion du bureau de l’Assemblée Nationale décide de la libération et de la suspension des poursuites contre Lobognon. Là, il joue un coup à gain forcé. Si Lobognon est libéré, Guillaume va paraître fort aux yeux de ses partisans et va ragaillardir ceux qui hésitent à  s’afficher avec lui.  Si Lobognon n’est pas libéré, ce qu’il sait probable, il aura réussi à montrer que le pouvoir  ne respecte pas les lois.

– la Marche des députés le jour du procès de Lobognon épouse la même idée.  Les Députés n’ont pas accès à la salle d’audience et réussissent à faire médiatiser leur refoulement, jetant davantage de discrédit sur Abidjan.

– sur cette affaire, les interventions de  l’Assemblée Parlementaire Francophone (APF) , d’ Amnesty international et de  la Coalition des partis politiques d’opposition ne passent pas inaperçues.

– le vrai faux Fake news sur sa démission et sa candidature en 2020 a eu le mérite de tuer le buzz du RHDP et surtout de mettre OUATTARA hors de lui . Il n’a pas pu contenir sa colère et son angoisse qu’il s’est mué en porte-parole du président de l’Assemblée nationale  en annonçant devant la presse que ce dernier démissionnera en Février. Et si Soro ne démissionne pas en février ? Il se faisait  suppléer par son vice-président Oula Privat jusqu’au 20 février déjà quand le président livrait l’information.

 Comme sur un damier, chaque pion a une mission et lui SORO sa mission est de troubler tout le monde à la fois avec son silence. Suivons ensemble ces péripéties de la vie politique ivoirienne.

 

Alain Touré

Lemediacitoyen.com

Lire aussi:
Le social, le parent pauvre de l’interview de Ouattara en pleine année du social

Email


*