Gaspillage de l’eau potable, Yobouet Descord Venance, militant bleu: “nous ne sommes pas à l’abri d’un spectre humide”

La dédicace s'est tenue à Abidjan-Cocody (LMC)

Le jeudi 17 octobre 2019 a eu lieu à Abidjan-Cocody,  la  dédicace de l’œuvre  »l’alarme » préservation des ressources et l’alimentation durable en eau potable des villes de Côte d’Ivoire. L’auteur  Yobouet Descord Venance invite à ne pas  gaspiller  l’eau potable.

    Il  a fait de nombreuses publications sur l’accès à l’eau.  Yobouet Descord Venance  est à son second  ouvrage.  Le livre est paru aux editions Kailcédra.  Alex Kipré , directeur de cette maison explique la raison qui a conduit à éditer: << vu la préciosité de l’eau, devant ce militantisme, il est difficile de rester indifférent raison pour laquelle les éditions Kailcédra soutiennent cette initiative”

   .Place à l’auteur de présenter son ouvrage préfacé par Essy Amara. Pour lui, aborder ce sujet nous emmène à poser entre autre les questions suivantes : quels objectifs vise t-on pour préserver l’eau potable ? De Quels instruments juridiques dispose t- on pour préserver l’eau potable et bien d’autres. <<entre l’an 2000 et l’an 2011, j’avais attiré l’attention de tous les acteurs dans un premier ouvrage, ce message a été entendu à telle enseigne qu’à la sortie de la crise en 2011, plusieurs mesures ont été prises par les autorités pour préserver l’eau potable>> renchérit-il. « Aujourd’hui encore nous ne sommes pas à l’abri d’un spectre humide d’où l’alarme » prévient il.

Selon lui l’affirmation suivante de Antoine de Saint-Exupery  »l’eau n’est pas nécessaire à la vie, elle est tout simplement la vie » prend tout son sens. C’est pourquoi Yobouet Descort Venance explique  »face à ce constat, j’aborde dans cet ouvrage, les termes de notre quotidien et propose des recommandations qui pourraient nous servir » . Il a terminé son propos en invitant le public à parcourir ce livre avec un regard particulier sur tout ce qui touche à l’eau dans notre quotidien. C’est un public enthousiaste qui s’est tenu en file indienne afin de se faire dédicacer l’œuvre.

Délorès Pie

Lemediacitoyen.com

Lire aussi:
Reportage / Ferme de Tshanfeto (Songon), ces jeunes choisissent la terre et non la mer

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*