Nobel d’économie, et si on le décernait à ceux qui impactent les besoins factuels ? / Ganhi Stephane, économiste de développement

|203 vues |
Stephane Ganhi, économiste de développement, chroniqueur à lemediacitoyen.com

     Le débat en cours sur le mode d’acquisition du prix Nobel d’économie met en exergue deux  courants de pensées.  A savoir, ceux pour qui le prix Nobel d’économie doit être décerné à des chercheurs pour leur contribution exceptionnelle dans l’économie et ceux pour qui  le prix Nobel d’économie devrait être décerné à ces personnes dont les contributions dans le domaine économique ont un impact direct dans l’économie réelle sur les populations. De ces positions, il ressort  que le mode d’attribution des prix Nobel d’économie doit tenir compte de l’évolution de nos sociétés.

     L’évolution économique et technologique de nos Etats au 21ième siècle, a contribué à changer le mode de consommation des populations. Pour ce faire, la recherche et le développement constituent des piliers permettant de pousser plus loin les réflexions et d’anticiper les besoins.

Créé en 1869 par la banque de suède, le prix Nobel de l’économie récompense chaque année une ou plusieurs personnes pour leur contribution exceptionnelle dans le domaine des sciences économiques.

     Le débat en cours sur le mode d’acquisition du prix Nobel d’économie met en exergue deux  courants de pensées.  A savoir, ceux pour qui le prix Nobel d’économie doit être décerné à des chercheurs pour leur contribution exceptionnelle dans l’économie et ceux pour qui  le prix Nobel d’économie devrait être décerné à ces personnes dont les contributions dans le domaine économique ont un impact direct dans l’économie réelle sur les populations. De ces positions, il ressort  que le mode d’attribution des prix Nobel d’économie doit tenir compte de l’évolution de nos sociétés.

     Pour Guillaume Guichard << les prix Nobel d’économie>> aux éditions La Découverte, le prix Nobel d’économie a pour but de satisfaire le très bon économiste. En plus, la moyenne d’âge des prix Nobel est de 67 ans excepté Kenneth Arrow 51 ans.

     En plus de tenir compte de la qualité des économistes pour l’obtention du prix Nobel, il faudrait penser à l’impact direct de ses recherches sur l’économie moderne faute de quoi cette prestigieuse distinction ne reste que pour les chercheurs et pour le monde académique.

     Une des figures bien connue pour son impact sur l’économie est Monsieur Mohamed Yunus. Professeur d’université, économiste et banquier disait « une terrible famine frappait le pays, et j’ai été saisi de vertige en voyant que toutes les théories que j’enseignais n’empêchaient pas les gens de mourir autour de moi ».

      C’est ainsi qu’il décide de créer le groupe de « recherche-action ». L’objectif de ce groupe était d’apporter des solutions au monde rural afin de juguler la famine. Par la suite il fit le constat de manque de capitaux de la part des populations du monde rural. Ces populations faisaient face à des taux usuriers de plus de 20% par mois. De sa propre initiative, il propose des « micro-prêts » de quelques dollars à quelques dizaines d’habitants du village non-lion de son université de fonction en utilisant son propre argent. Vue que les bénéficiaires de ces prêts ont pu rembourser sans difficulté, il décide de lancer son propre programme.

      Son programme est officiellement mis en place en 1977 sous le nom de la Grameen (Grameen signifie village) dans la langue locale au Bangladesh. Il connaitra un succès au Bangladesh et une expansion à laquelle nous assistons de nos jours dans le monde.

     Ma référence à Mr Yunus est de faire ressortir le caractère plus qu’important des recherches qui doivent répondre à des besoins factuels en vue d’améliorer le bien-être des populations tout en leur simplifiant la vie avec les nouvelles technologies. Cette démarche aurait le mérite de faire du prix Nobel de l’économie des chercheurs vivant les réalités contemporaines au-delà du monde académique.

Par Stéphane Ganhi, économiste de développement

Spécialiste de l’inclusion financière

Lemediacitoyen.com

Lire aussi:
Affaire Huawei, Stephane Ganhi, économiste : « C’est un couteau à double tranchant pour l’Afrique »

Email


*