Accès à l’eau potable, une menace plane, la mise en garde d’un écrivain

|260 vues |
Un livre qui participe à la sensibilisation
La dédicace est prévue le jeudi 17 octobre au Sofitel Cocody-Abidjan (DR)

    La lutte pour la préservation des ressources naturelles se déporte de plus en plus en littérature. Après son ouvrage sur l’importance de l’eau en période de guerre, Yoboué Descord Venance remet le couvert. Il vient de faire publier par les Editions Kaicedra une mise en garde contre le gaspillage de l’eau potable. « L’alarme ou La préservation des ressources et l’alimentation durable en eau potable des villes de Côte d’Ivoire »

 

      La présentation officielle de l’ouvrage est attendue ce jeudi 17 octobre à Abidjan. Mais déjà, la critique s’en empare. Surtout, celle qui s’intéresse au développement durable. « L’alarme ou La préservation des ressources et l’alimentation durable en eau potable des villes de Côte d’Ivoire », est une œuvre rédigée par l’ivoirien Yoboué Descord Venance. Elle traite de l’accès à l’eau potable. Des bonnes feuilles, on apprend par exemple que désormais, c’est la ville de Bonoua  qui alimente Abidjan.

     « Il faut alerter la population pour qu’elle économise un peu d’eau, qu’elle s’abstienne de gaspiller en gérant de façon intelligente l’eau sur Abidjan notamment. On n’y apprend que par le passé, l’on restait sur place pour se procurer l’eau nécessaire aux besoins des Abidjanais. Désormais l’on va jusqu’à Bonoua ce qui revient à payer deux fois plus d’électricité.  Et bientôt on ira plus loin », extrait d’un retour de lecture.

      L’usage de l’eau de consommation pour l’arrosage de jardin ou encore le lavage auto est vu par l’écrivain militant écolo comme du gaspillage. Il n’exclue pas que Bonoua ne soit plus à même de desservir Abidjan. Il cite Tiassalé et Yamoussoukro comme les probables « prochaines pourvoyeuses »

    En tous cas, c’est un ouvrage de 168 pages préfacé par le diplomate ivoirien Essy Amara qui sera présenté au public.

Nesmon De Laure

Lemediacitoyen.com

Lire aussi:
Mobile banking, non rémunération des consommateurs, une injustice sociale/ Stephane Ganhi, économiste

Email


*