Gestion des produits chimiques et des déchets dangereux, vers un plan commun dans l’espace CEDEAO

   Gestion des produits chimiques et des déchets dangereux, vers un plan commun dans l’espace CEDEAO. 

    Une réunion de validation du plan régional pour rendre opérationnel le mécanisme de coordination relatif à la gestion des produits chimiques et des déchets dangereux entre les Etats membres de la CEDEAO s’est tenue du 19 au 21 octobre 2021, dans un réceptif hôtelier à Abidjan Cocody.
    Elle a réuni plusieurs représentants issus de ministères techniques, des Etats membres de la CEDEAO, de différentes institutions et partenaires techniques dont le PNUE, le Centre de coordination des conventions de Bâle pour l’Afrique, le Centre régional des conventions de Bâle et de Stockholm pour les pays d’Afrique Francophone, le Centre régional pour la sécurité maritime en Afrique de l’Ouest et l’Association des Ports d’Afrique de l’Ouest et du Centre.
     La cérémonie d’ouverture a été présidée par Monsieur Parfait KOUADIO, Directeur de Cabinet, représentant Monsieur Jean-Luc ASSI, Ministre de l’Environnement et du Développement Durable. Ont aussi pris part à cette cérémonie, Monsieur Bernard KOFFI, Chef Division Environnement et Changement Climatique de la Commission de la CEDEAO et Madame Angèle LUH, Chef du Bureau sous régional Afrique de l’Ouest de l’ONU Environnement.
Dans son allocution, le Directeur de Cabinet a présenté l’importance de traiter cette question sous une approche régionale :
       « Je sais donc compter sur votre expertise pour que pendant ces trois (3) jours vous parvenez à identifier et à développer des actions principales de ce Mécanisme de Coordination Régionale des produits et des déchets dangereux » a-t-il souhaité.
Pour sa part, Madame Angèle LUH a tenu à rassurer les Etats membres représentés à cette réunion de l’appui institutionnel du Programme des Nations Unies pour l’Environnement.
    « Il s’agira de veiller à ce que les lois, normes, politiques et plans nationaux et sectoriels sur les produits chimiques, de la gestion des déchets et la qualité de l’air soient pleinement fondés sur les meilleures données scientifiques et technologiques disponibles. » A-t-elle ajouté.
    Des représentants de la convention de Bâle et de l’Unité Conjointe de l’Organisation Mondiale des Affaires Humanitaires et du Programme des Nations Unies pour l’Environnement sont intervenus pour encourager cette initiative régionale de lutte.
      Pour rappel, en septembre 2016, le Programme des Nations Unies pour l’environnement et la Commission de la CEDEAO se sont engagés à renforcer la coopération et le partenariat pour faire progresser la durabilité environnementale dans les pays de l’espace CEDEAO et notamment la gestion des substances chimiques et déchets dangereux y compris les déchets électroniques, à travers un protocole d’accord formel qui guide le travail des deux institutions dans le soutien aux Etats membres dans leurs efforts pour mettre en œuvre la dimension environnementale de la vision de la CEDEAO ainsi que l’Agenda 2063 de l’Union Africaine et l’Agenda 2030 pour le développement durable.

Source : ministère

Le titre et le surtitre sont de la rédaction

Lire aussi:
Environnement, Joseph Seka Seka dénonce les travers du secteur minier «  portant atteinte  aux intérêts des populations’’

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*