Humanitaire, le parcours inspirant de Koné Solange mis en exergue

|124 vues |
humanitaire koné solange
Koné Solange, l'humanitaire motivant les participants (DR)

   IRIS Sup’, l’école de l’Institut de Relations internationales et stratégiques (IRIS) a ouvert un programme de formation pour manager humanitaire. Des apprenants venus d’horizon divers s’outillent depuis le 18 novembre 2019 à Abidjan. Les organisateurs ont consacré l’après midi du 21 novembre à la question du leadership. Leur invité: Solange Koné.

   Assistante sociale de formation, Solange Koné débute sa carrière au médico scolaire. Elle raconte ses débuts.  » J’ai répertorié les écoles dites boutiques et j’ai lutté afin que les enfants de ces écoles qui n’avaient pas droit à la visite médicale en bénéficient. Aussi j’avais constaté que les enfants de ces écoles avaient d’énormes difficultés pour se nourrir. Grâce à un plaidoyer, j’ai obtenu du Lion’s Club, que ces enfants aient droit à un certain nombre de repas par jour ».

Ensuite, poursuit-elle  » J’ai été nommée à l’Institut national de santé publique. À ce moment, l’institut regorgeait en son sein, près de 14.000 diabétiques. Cela, à une période où les diabétiques étaient stigmatisés. Nous avons lutté contre cette stigmatisation ». Koné Solange ne se contente pas que de ce rôle. En 1989 elle est membre fondateur, puis Directrice exécutive de l’ONG ASAPSU,(Association de Soutien à l’Auto-Promotion Sanitaire Urbaine). Son domaine d’action est la santé communautaire, l’humanitaire, l’eau, l’hygiène et assainissement.

             Engagée pour les réfugiés

    Elle a un effectif d’environ 300 volontaires de diverses qualifications (médecin, psychologues, assistants sociaux, spécialistes en eau, hygiène et assainissement, en humanitaire etc…).  Aussi, elle est présidente de la Fédération Nationale des Organisations de Santé de Côte d’Ivoire (FENOSCI).

      Elle raconte :  » Au niveau des organisations de la société civile, nous nous sommes associés et j’ai été désignée présidente. J’ai fait des plaidoyers, rencontré les institutions car nous sommes l’aide de la communauté et également, nous portons les messages du ministère au sein de la communauté ».

      Aussi ajoute-t-elle  »à ce jour grâce à un travail acharné, l’ASAPSU tout comme la FENOSCI sont des organisations bien reconnues ». Au nombre de ses actions humanitaires, Mme Koné s’occupe des réfugiés urbains, les personnes placées internes et les retournés.  »j’ai été responsable humanitaire des réfugiés en Côte d’Ivoire » précise -t-elle. Elle dit avoir bénéficié d’une distinction du gouvernement.

« mobiliser la communauté c’est aussi l’associer à ce que nous faisons »

     De son parcours, elle souhaite que l’auditoire retienne que  »l’action communautaire se bâtit avec la volonté, dans la transparence avec les communautés elles-même.  Car, mobiliser la communauté c’est aussi l’associer à ce que nous faisons ». De même elle  souligne que  »le leadership se construit, il ne ne donne pas. Quel que soit le métier que nous embrassons, si l’on veut devenir un leader, il faut le construire ».

   Son intervention s’inscrit dans le cadre de la première session en présentiel de la formation Manager Humanitaire responsable de programmes internationaux.

     La conférence du 21 novembre vise à renforcer les capacités des apprenants sur le leadership. Et à faire d’eux, d’excellents leaders Humanitaires. La rencontre a vu l’interaction du public.
Par ailleurs, la marraine de la promotion, Jeanne Gapiya Niyonzima , est intervenue par vidéo conférence . Pour elle, ses filleuls devront faire preuve d’abnégation , tout comme elle. Elle qui a à son actif plus de 30 ans de lutte contre le VIH SIDA.

Delorès Pie

Lemediacitoyen.com

Lire aussi:
Me N’Dri Claver, avocat de Blé Goudé : « Je ne comprends rien dans cette affaire »

Email


*