Le club emerglead tient le pari de former les leaders de demain

 

    Promouvoir la plateforme Club Leaders Emergents comme une référence en matière de renforcement des compétences et de développement de l’esprit citoyen auprès des jeunes. Tel est l’objectif de la cérémonie de lancement du club emerglead. Elle a eu lieu le samedi 08 avril 2022 à Cocody.

     « Le club leader émergent s’inscrit dans la vision du gouvernement qui est de faire de la jeunesse une jeunesse émergente. Nous sommes ouverts à toute sorte de partenariat à l’effet de faire éclore la jeunesse en particulier » a expliqué Mamadou Yéo leader du club emerglead.

    Aussi, Kouassi Tchriffo, fondatrice de emerglead est quant à elle revenue sur les objectifs de son organisation. « Depuis 2019, un grand nombre de jeunes nous ont rejoint. Cela nous a montré à quel point les jeunes avaient envie de passer à un autre niveau. Notre organisation a pour objectif d’outiller au mieux les jeunes à travers des formations, des conférences et des accompagnements qui leur permettront d’être compétitifs afin d’être des leaders ».

    Représentant du ministre de la jeunesse, le président du conseil national des jeunes de Côte d’Ivoire (CNJCI), Diabaté Ibrahim a par ailleurs invité les jeunes à un éveil de conscience pour prendre leur place dans le concert des nations. Il leur a fait savoir qu’ils ont le privilège d’avoir des devanciers qui ont à cœur de les former et qu’ils devraient en tirer profit.

    En fin de compte, la ministre Euphrasie Kouassi Yao, marraine de la cérémonie a animé une conférence autour du thème de son livre « ceux qu’on attendait pas au sommet ». À cet effet, elle a donné sa vision qui est de faire des choses pour la communauté. « Il faut avoir la foi en soi, la foi en son prochain, la détermination et l’humilité. De même l’intégrité, être soi même en public et en privé. Tirer le meilleur de toutes les situations. »

    Elle est également revenue sur l’approche genre dont elle fait la promotion à travers le compendium des compétences féminines. « Le genre permet de relever tout ce qui est discrimination pour pouvoir le corriger. Une politique qui prend en compte le genre, c’est une politique qui analyse de manière comparative la situation des hommes et de femmes, identifie ce qui ne va pas. Actuellement en Côte d’Ivoire, il y a 12 à 13% de femmes députés. Quel est le problème ? Les femmes sont un peu à la traîne il faut les pousser, les valoriser » a-t-elle martelé.

 

Lire aussi:
Marc Gbaffou : "Notre plaidoyer pour une représentation de la diaspora au parlement" (Interview)

Délorès Pie 

 

Lemediacitoyen.com 

 

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*