Le tchêp guen « Tiéboudienne », l’incontournable des repas de fête à Abidjan 

Le tchêp Guen, pure délice est plat issu de la gastronomie Sénégalaise, qui a su s’exporter au-delà des frontières du pays, pour le bonheur des papilles à l’occasion des fêtes .

 Le Tiéboudienne couramment appelée tchêp en Côte d’Ivoire, est un plat originaire du Sénégal précisément       de la ville balnéaire de Saint-Louis. Il est le fruit de l’invention de Penda Mbaye, qui en 1830 fut sollicitée                                par l’autorité coloniale de l’époque pour confectionner un plat pour ses convives.  Ce met a eu bonne presse, si bien qu’il est devenu une habitude alimentaire pour les Sénégalais. Le savoir-faire culinaire des femmes Sénégalaises est sans nul doute ce qui a valu à ce met d’être très apprécié aussi bien au Sénégal qu’à l’international.    

           La renommée de ce met lui a donnée droit à être reconnu par L’UNESCO le 15 décembre 2021, comme patrimoine immatériel de l’humanité. Du riz au poisson à la base, les recettes du tchêp se sont bonifiées au fil du temps pour intégrer selon d’autres éléments : Le poulet, la viande… et une très grande variété de légumes d’où les choux, carottes, persil etc. 

  En Afrique de l’ouest, surtout en Côte D’Ivoire, le repas de Tchêpe est très prisé et ce en toutes occasions. En effet, lors des cérémonies notamment les anniversaires, les baptêmes, les mariages, et même les funérailles, il est plébiscité et demeure le premier choix des convives. Les Ivoiriens ont quasiment adopté ce met pour en faire                                 un plat de référence.

Le tchêp apparait comme la forme la plus élaborée du riz gras traditionnel, appelé riz Djollof par les Sénégalais, qui, lui est une forme plus simpliste du tchêp cuisiné dans la plupart des pays de l’Afrique de l’Ouest.   

 Exquis, digeste, savoureux, les amoureux du tchêpe ne tarissent pas d’éloges devant la fierté Sénégalaise

  « Pour moi le tchêp, est le meilleur plat. Quand nous devons recevoir à la maison des invités de marques ,le  tchêp fait toujours partie de notre menu ; c’est un repas succulent que tous nos invités apprécient comme nous d’ailleurs » Martela Mademoiselle Montcho Marie. 

   « le tchêp , plat national Sénégalais est un plat qui pour ma part remporte l’adhésion de tous parce que visuellement c’est un plat qui est bien présenté dans les assiettes, il est vraiment savoureux et digeste » selon Monsieur San boris qui ajoute qu’il préférerait que son épouse le lui cuisine au moins une fois dans  la semaine avant de féliciter les Sénégalais pour cette merveilleuse trouvaille.

Les fêtes de fin d’année, la Noel et le jour de l’an sont l’occasion de grande consommation du plat de tchêp.                    Les enfants tout comme les adultes en raffolent ; un menu de fête parfait ne saurait exclure ce met

    La complexité de la préparation ne refoule pas la passion des amateurs 

Au départ, en Côte d’Ivoire le tchêp était l’affaire des restauratrices Sénégalaises du coté de Treichville.                       

    Les Ivoiriennes s’y sont intéresser au fur et à mesure se mettant à l’apprentissage aux cotés de ces femmes              Sénégalaises. La complexité de ce met réside dans le choix des légumes, l’agencement de la préparation et la cuisson du riz en lui-même. Cela nécessite tact, patience et une vigilance accrue au risque de se retrouver avec un met fade avec un riz non ou mal cuit.                                                                                                                                                    Aujourd’hui la parade est toute trouvée avec l’avènement des réseaux sociaux qui mettent en ligne une myriade de recettes de tchêp ; ce qui donne la possibilité à tous de s’y référer pour s’y mettre. 

     

Une recette diversifiée stimulant la créativité culinaire.

                                                                                                                                                                                                             Le tchêp se décline sous de nombreuses facettes, jaune, rouge, marron, blanc laissant plus de choix culinaire aux amateurs. La variété de tchêp fait de ce repas, un repas qui offrent beaucoup de possibilité à l’innovation culinaire. Il permet l’expression de l’art culinaire dans la mesure ou les ingrédients utilisés donnent d’affiner son savoir-faire et d’aller au-delà. La préparation de ce met diffère d’une personne à l’autre selon l’utilisation qu’elle se fait des ingrédients. Libre à chacun d’utiliser les ingrédients à sa guise et selon ses préférences ajoutant une touche d’originalité ou pas. Par conséquent les saveurs sont également distincts.                                                                             

Le plat de tchêp est un plat qui fait le consensus au-delà même des frontières du Sénégal.                                                                   La renommée dont jouit ce savoureux et riche met permet son positionnement à l’échiquier mondial dont l’intérêt suscité favorisera d’autres découvertes des mets Africains.                              

Victoire Kouamé

  Lemediacitoyen.com 

Lire aussi:
Analyse/« L’éducation coûte trop cher ? Essayez l’ignorance »/ Prof. Alger EKOUNGOUN, Président du CNSER

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*