Même dans le noir et la forte chaleur , ils n’ont pas pitié (édito)

   Même dans le noir et la forte chaleur, ils n’ont pas pitié du peuple. 

 

    Ils diront encore d’en finir avec la responsabilité collective. Mais que font ils pour qu’on cesse de les blâmer tous ? Regardez ces coupures d’électricité intempestives ! Il fait chaud. Il fait noir. Et quand cela leur prend le cœur, c’est l’eau qui ne coule plus des robinets. Et comme si cela ne suffisait pas, on nous casse les yeux et les tympans. On nous bombarde de triomphalisme. Il fait noir, il fait chaud.

   Mais c’est comment triompher qui les intéresse. Pour les uns, c’est la position d’ un triomphalisme exacerbé. Pour les autres il faut rentrer en triomphe. Il faut être bravetchè, woody,  sphinx. Il faut régner seulement même s’il fait noir et chaud. Peu leur  chaut…

  A bientôt !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*