Projet Benkadi : La CSCI et ses partenaires formulent des recommandations pour lutter efficacement contre le changement climatique

Photo conférence de presse

    Une conférence de presse s’est tenue ce mercredi 21 décembre 2022, dans les locaux de la Convention de la Société Civile Ivoirienne (CSCI). L’organisation et ses partenaires de mise en œuvre du projet Benkadi, ont formulé un ensemble de recommandations pour lutter efficacement contre les changement climatiques.

    Le projet Benkadi de la CSCI, projet de plaidoyers axé sur deux problématiques majeures à savoir l’érosion côtière et la préservation des aires protégées, vise aussi et surtout l’inclusion des populations vulnérables dont les femmes, les jeunes, et les personnes en situation de handicap dans la lutte contre le changement climatique.

    En effet, selon le chef projet Benkadi, Oscar Gadji, la CSCI a mené des études de bases en vue de disposer de données actualisées et mettre à contribution les pouvoirs en place sur différentes thématiques. Ces études ont révélé plusieurs difficultés ayant conduit à la formulation de plusieurs recommandations.
    Ainsi, la toute première recommandation va à l’endroit du chef de l’Etat, Alassane Ouattara en vue de la signature du décret d’application de l’article 37 de la loi relative à l’aménagement, à la protection et à la gestion du littoral en vue de la création de l’Agence National de Gestion Intégrée du littoral (ANAGIL). A cette doléance est inféodée celle de la prise en compte de la participation de la société civile et des communautés littorales dans le conseil de gestion, le conseil scientifique, et les antennes régionales de l’agence.

    Au ministère de l’environnement, il a été demandé de réviser la loi portant code de l’environnement en tenant compte de l’évolution du droit de l’environnement au niveau international, et des paradigmes liés à la problématique des changements climatiques, l’érosion marine, l’utilisation des ressources naturelles et la résilience communautaire. Au niveau réglementaire, la CSCI propose l’adoption d’une loi visant à encadrer de façon spécifique les actions de lutte contre les effets néfastes des changements climatiques, en tenant compte des communautés impactées, de l’apport de la société civile et du secteur privé.
    En outre, la CSCI recommande au Programme National de lutte contre les changements climatiques (PNCC) l’intégration du volet genre et inclusion dans son programme d’adaptation au changement climatique passant par la prise en compte des personnes vulnérables notamment les jeunes et les personnes en situation de handicap.
Aux autorités administratives telles que les sous-préfets, les maires et les conseillers Régionaux, l’institutionnalisation de la gouvernance climatique inclusive au niveau social en notifiant les décisions par arrêté, note de service, circulaire, etc. est recommandée, toujours en adoptant un plan climat incluant les personnes vulnérables.

    En ce qui concerne, le secteur privé, notamment les exploitants de sables marins comme le secteur des BTP et le secteur touristique, qui contribuent à accentuer l’érosion côtière, la CSCI recommande l’adoption d’une politique environnementale favorisant la résilience des communautés riveraines surtout les populations vulnérables.Quant aux agriculteurs riverains des Parcs nationaux, il leur a été recommandé d’adopter des techniques agricoles durables en vue de la préservation des Parcs, réduire la pauvreté et les risques de conflits. Concrètement la CSCI et ses partenaires de mise en œuvre du projet Benkadi ont, en plus de la préservation des aires protégées dans 10 régions, mené plusieurs actions de plaidoyers, de sensibilisation auprès des populations riveraines du littoral que sont les Grands Ponts, le Gboklé, le Sud- Comoé, San-Pedro et le district autonome d’Abidjan.

    In fine, la CSCI s’est dite globalement satisfaite de ses actions sur le terrain vis-à-vis des communautés qui montrent leur réelle implication dans la lutte contre le changement climatique. En termes de perspective, l’année 2023 consistera à déployer toute une stratégie de communication en impliquant les acteurs des médias.
Pour rappel, lancé en septembre 2021, et bénéficiant de l’appui technique et financier du ministère des affaires étrangères des Pays-Bas, le projet benkadi prendra fin en 2025.

 

Lire aussi:
BTS 2019, l’enrôlement  de candidats, 22 mai, délai de rigueur

Victoire Kouamé

LeMédiacitouyen.com

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*