Amnesty International initie 31 jeunes filles-mères aux droits humains dans la commune d’Abobo

 

    Le mercredi 28 décembre 2022, à Abobo Sagbé, Amnesty International et son partenaire HAKILI SO ont célébré la fin du micro-projet « Éducations aux droits humains avec les jeunes filles-mères. »

    Pendant trois mois, Amnesty International a initié des jeunes filles mères aux droits humains. Plusieurs modules ont été traités. Ce sont notamment les violences basées sur le genre, les droits sexuels reproductifs, les droits de la jeune fille.

    Les bénéficiaires de ces activités ont elles aussi entrepris une campagne de sensibilisation sur les grossesses précoces. Ces jeunes filles dont l’âge varie entre 14 et 18 ans, conscientes des menaces qui pèsent sur leur épanouissement s’engagent à se donner les moyens à travers l’appui d’Amnesty International à entreprendre des Activités Génératrices de Revenus (AGR).

    S’adressant aux récipiendaires, le
coordonnateur Éducation aux droits humains à Amnesty International Comoé Benoît s’est exprimé en ces termes « les grossesses précoces ont brisé vos rêves et exclu certaines d’entre vous de vos familles biologiques. Vous êtes devenues très tôt des mamans et avez du mal à subvenir à vos besoins vitaux. La charge est lourde.» Néanmoins pour lui, le geste d’Amnesty International est une lueur d’espoir « Aujourd’hui, vous n’êtes plus dans l’ignorance totale. Amnesty International et Hakili So vous soutiennent. En plus de la connaissance, nous vous apportons un appui financier. Le geste d’Amnesty International se veut une contribution à votre épanouissement social, économique et culturel. »

    Pour Touré Aramatou, présidente de HAKILI SO, « Ces jeunes filles ont été très tôt mères et sont confrontées à la pauvreté. Cet appui a pour finalité de participer à leur autonomie financière et sociale. »

Kouakou josiane, 18 ans fait partie des bénéficiaires. Mère à 16 ans, elle a au nom de ses amies promis d’honorer la confiance des initiateurs et de mener leurs activités courageusement et consciencieusement. Ce afin de faire face à ces énormes charges auxquelles elles sont confrontées. « Cet appui est une bénédiction pour nous car il favorisera notre autonomie financière et sociale » a-t-elle affirmé.

 

Lire aussi:
Violences domestiques, feu sous couvre-feu en Côte d'Ivoire

Délorès Pie

Lemediacitoyen.com 

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*