Autonosmisation des femmes, l’engagement des leaders religieux, un indicateur de performance

|244 vues |
La réunion annuelle du Swedd a accueilli des délégations de 7 pays à Abidjan. (LMC)
La réunion annuelle du Swedd a accueilli des délégations de 7 pays à Abidjan. (LMC)

L’heure est au bilan, afin de parfaire ce qui n’a pas marché. Après la cérémonie d’ouverture, les experts et les ministres du comité régional du projet Swedd se sont retrouvés autour d’un panel, pour analyser et approuver le bilan 2018.

 Le thème : « Célébrer les succès ». Le coordonnateur régional Swedd, Justin Koffi a dressé le bilan 2018.  Ce sont 106.263 filles et adolescentes qui ont bénéficié de programme d’appui à la scolarisation, 1640 clubs de mariés et futures mariés, 5306 jeunes femmes ont vu leur revenu augmenté grâce aux activités génératrices de revenus, la construction de 3 centres d’excellence régionaux, 1178 mentors et encadreurs de sites de stages formés, 10154 sages-femmes formées aux nouvelles compétences, 81% de taux d’admission dans les 75 écoles d’intervention du Swedd. Des campagnes médiatiques régionales ont été menées pour une plus grande implication des populations au projet Swedd, un engagement des leaders religieux et traditionnels pour l’autonomisation des filles et des femmes.

Au titre du renforcement des capacités c’est aussi 433 experts qui ont été formés en analyse démographique. Selon le coordonnateur Justin Koffi, avec toutes les actions du projet Swedd, l’on assiste à une baisse des mariages des jeunes filles, et une prise en compte véritable du planning familial. Il a souhaité la bienvenue au Sénégal, la Guinée Conakry et le Cameroun qui souhaitent prendre part au projet Swedd.

Le projet intervient dans les domaines de l’éducation, la santé (santé maternelle et infantile), l’emploi et la gouvernance. Le taux moyen de natalité dans les pays membres du Sweed est de 5 enfants par femme. Michel Wellmonde représentant du représentant résident de la Banque Mondiale annonce que l’institution accompagnera sur le plan financier et technique une deuxième phase basée sur les actions de terrain.

N’Dri Koffi

Lemediacitoyen.com

Lire aussi:
Zonta International, 100 ans de lutte pour l’autonomisation de la femme

Email


*