Affaire Yodé et Siro, l’OIDH demande à l’Etat de garantir l’expression d’opinion plurielle

    Affaire Yodé et Siro, l’OIDH demande à l’Etat de garantir l’expression d’opinion plurielle. Leur communiqué. 

🔴 [𝗖𝗢𝗠𝗠𝗨𝗡𝗜𝗤𝗨𝗘 𝗗𝗘 𝗣𝗥𝗘𝗦𝗦𝗘]

   Plutôt garantir et protéger la liberté d’expression en Côte d’Ivoire

   Abidjan, le 03 Décembre 2020.

    Les mercredi 02 et jeudi 03 décembre 2020, L’ Observatoire Ivoirien des Droits de l’Homme-OIDH a suivi, comme de nombreux observateurs de la vie publique ivoirienne, la convocation, la garde à vue, le jugement et la condamnation pénale des artistes de musique Zouglou, YODE ET SIRO pour des propos qu’ils auraient tenus à la faveur d’un concert musical le 29 novembre dernier dans la commune de Yopougon, étalant leur perception du déroulement de la justice sur les violences qui ont entouré les élections d’octobre 2020.

    À l’analyse, et sans toutefois préjuger de la procédure judiciaire en cours, L’OIDH estime qu’il s’agit de propos de satire sociale, de libre critique et de liberté d’expression artistique généralement permise aux auteurs d’œuvres de l’esprit sur l’action publique et la gestion de la cité.

   Les liberté d’expression, de conscience et d’opinion sont des droits sacro-saints garantis par la constitution ivoirienne pour tout citoyen.

      𝐋’ Ong Oidh 𝐞𝐬𝐭𝐢𝐦𝐞 𝐪𝐮𝐞 𝐥𝐞 𝐜𝐨𝐧𝐭𝐞𝐱𝐭𝐞 𝐬𝐨𝐜𝐢𝐨 𝐩𝐨𝐥𝐢𝐭𝐢𝐪𝐮𝐞 𝐚𝐬𝐬𝐞𝐳 𝐭𝐞𝐧𝐝𝐮 𝐝𝐞 𝐜𝐞𝐬 𝐝𝐞𝐫𝐧𝐢𝐞𝐫𝐬 𝐦𝐨𝐢𝐬 𝐞𝐭 𝐬𝐨𝐧 𝐜𝐨𝐫𝐨𝐥𝐥𝐚𝐢𝐫𝐞 𝐝𝐞 𝐯𝐢𝐨𝐥𝐚𝐭𝐢𝐨𝐧𝐬 𝐝𝐞𝐬 𝐝𝐫𝐨𝐢𝐭𝐬 𝐝𝐞 𝐥’𝐡𝐨𝐦𝐦𝐞 𝐧𝐨𝐧 𝐞𝐧𝐜𝐨𝐫𝐞 𝐫𝐞𝐠𝐥𝐞, 𝐝’𝐚𝐫𝐫𝐞𝐬𝐭𝐚𝐭𝐢𝐨𝐧 𝐝’𝐨𝐩𝐩𝐨𝐬𝐚𝐧𝐭𝐬 𝐩𝐨𝐥𝐢𝐭𝐢𝐪𝐮𝐞𝐬 𝐞𝐭 𝐝’𝐚𝐜𝐭𝐢𝐯𝐢𝐬𝐭𝐞𝐬, 𝐚𝐢𝐧𝐬𝐢 𝐪𝐮𝐞 𝐥𝐞𝐬 𝐚𝐩𝐩𝐞𝐥𝐬 𝐚𝐮 𝐝𝐢𝐚𝐥𝐨𝐠𝐮𝐞 𝐩𝐨𝐥𝐢𝐭𝐢𝐪𝐮𝐞 𝐞𝐭 𝐬𝐨𝐜𝐢𝐚𝐥, 𝐚𝐮𝐫𝐚𝐢𝐞𝐧𝐭 𝐩𝐮 𝐩𝐞𝐫𝐦𝐞𝐭𝐭𝐫𝐞 𝐝𝐞 𝐟𝐚𝐢𝐫𝐞 𝐥’𝐞𝐜𝐨𝐧𝐨𝐦𝐢𝐞 𝐝𝐞 𝐜𝐞𝐭𝐭𝐞 𝐩𝐨𝐮𝐫𝐬𝐮𝐢𝐭𝐞 𝐪𝐮𝐢 𝐧𝐞 𝐟𝐚𝐢𝐭 𝐪𝐮𝐞 𝐫𝐞𝐧𝐟𝐨𝐫𝐜𝐞𝐫 𝐥𝐞 𝐬𝐞𝐧𝐭𝐢𝐦𝐞𝐧𝐭 𝐝’𝐞𝐱𝐞𝐫𝐜𝐢𝐜𝐞 𝐬𝐞𝐥𝐞𝐜𝐭𝐢𝐟 𝐝𝐞𝐬 𝐥𝐢𝐛𝐞𝐫𝐭𝐞𝐬 𝐩𝐮𝐛𝐥𝐢𝐪𝐮𝐞𝐬 𝐜𝐡𝐞𝐳 𝐛𝐨𝐧 𝐧𝐨𝐦𝐛𝐫𝐞 𝐝’𝐢𝐯𝐨𝐢𝐫𝐢𝐞𝐧𝐬.

     Pour L’oidh, la démocratie se nourrissant de liberté, d’expression plurielle et de promotion de la contradiction, le gouvernement devrait prendre toutes les dispositions utiles pour faire bénéficier aux citoyens et aux auteurs d’œuvres de l’esprit en particulier, quelque soit la tendance ou la couleur de leur opinions, de garanties nécessaires à la réalisation de la liberté d’expression et d’opinion politique et sociale.

    En cela, la justice, premier garant des droits et libertés, a un rôle très important à jouer en vue de rassurer toutes les populations et resserrer le tissu social fortement éprouvé.

    Le Secrétariat Général de l’OIDH

Lire aussi:
Répressions des manif, le GPATE dénonce un traitement "inéquitable" et invite au dialogue inclusif

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*