Approche Sensibilité aux conflits/ des acteurs de la société civile ivoirienne outillés

 

    La sensibilité aux conflits permet aux organisations de la société civile de s’assurer qu’elles ne contribuent pas involontairement aux conflits.  L’approche permet également de renforcer les possibilités de paix et d’inclusion. Vu, son importance, certaines organisations de la société civile ivoirienne ont échangé autour du thème à Abidjan. C’était les 21 et 22 mai 2024. Ce à l’initiative de la fondation PeaceNexus.

    Des organisations internationales ont créé en 2014 le Conflict Sensitivity Community (CSC) – Hub. Il s’agit d’une plateforme dédiée au partage et à la diffusion d’expériences et de pratiques sensibles aux conflits. Puis, cette initiative s’est localisée avec la création du CSC-Hub Afrique de l’Ouest en 2019. Ce qui a vu naître des initiatives nationales au Burkina Faso et au Niger.

    Selon Heloise Heyer, chargée des appuis en sensibilité aux conflits à la fondation PeaceNexus, l’idée est venue d’acteurs au niveau local qui se disent que ce n’est pas un sujet d’actualité en Côte d’Ivoire. Le pays est réputé stable et ne rencontre pas de conflit violent. Toutefois, ces acteurs soulignent la nécessité de renforcer les acquis sur le plan de la cohésion sociale et de construire une résilience. Ceci pour faire face au risque de violences afin de construire une société plus forte.
« Après cette rencontre, il en ressort qu’il y a un intérêt à échanger sur la question. Certains acteurs créeront un cadre d’échanges qui permet des partages sur le contexte, sur la manière d’intervenir ‘’ note-t-elle.

    Par ailleurs, la fondation PeaceNexus n’est pas présente en CI mais est impliquée en Afrique de l’Ouest. Notamment au sujet des échanges entre pays sur les enjeux de la sensibilité aux conflits.  À cet effet, la fondation est engagée à appuyer les initiatives collectives en Côte d’Ivoire et encourager les différents acteurs.

    « Nous sommes satisfaits d’avoir pu créer le cadre des échanges, d’avoir pu réunir les organisations de la société civile ivoirienne autour de cette approche. » témoigne Kokou Hervé Delmas directeur exécutif de Amnesty International Côte d’Ivoire, qui a permis cette rencontre.
    Pour le directeur Afrique de l’Ouest de PeaceNexus Kebe Aliou, l’objectif de cette journée était de discuter avec les différents acteurs de la société civile ivoirienne.  Il s’agissait également de voir quelle est la dynamique des conflits en Côte d’Ivoire.  » De même, créer une synergie d’action des différentes organisations était le but. À cet effet le hub que nous envisageons de créer vise une convergence d’actions pour plus d’efficacité. Cela  pour consolider la paix et la cohésion sociale au bénéfice des populations. » Souligne-t-il.

Exercice pratique formation sur la sensibilité aux conflits en Côte d’Ivoire
Une vue des participants pendant la formation lors de l’exercice pratique

    Les participants à cet atelier sont unanimes. Ils se disent satisfaits de la rencontre. C’est le cas de Hermann Gama de novox Côte d’Ivoire. « C’est très enrichi et satisfait que je ressors de cet atelier. Je suis enthousiaste à l’idée que cette approche qui existe déjà dans nos pays voisins soit également utilisée dans notre pays pour aider à gérer les conflits. » Souligne-t-il 

Chantal Amani, représentante de la directrice Pays de Care International Côte d’Ivoire, recommande vivement cette approche. « L’approche sensibilité aux conflits doit être inculquée à tous les acteurs de la société civile ivoirienne afin qu’ils l’utilisent pour prévenir les conflits. » Au sein de Notre organisation, nous utilisons déjà cette approche. Avant d’implémenter un projet nous faisons une étude situationnelle pour savoir s’il n’y a pas de conflit. Au cas où un conflit existe, nous développons des stratégies pour essayer de régler la situation. Nous nous réjouissons de cette initiative en Côte d’Ivoire qui permettra d’intégrer cette approche dans plusieurs autres organisations.

    L’approche sensibilité aux conflits a plusieurs ambitions. Ce sont entre autre, contribuer à la cohésion sociale au travers d’actions qui peuvent cibler d’autres objectifs.  Également, transformer les conflits et bâtir une paix durable au travers d’actions ciblant les acteurs de conflits.

    Pour rappel, la rencontre a été facilitée par des membres du Sensitivity Community Conflict-hub du Burkina Faso. Cela de façon interactive et dans une ambiance joviale.

Delores Pie

Lemediacitoyen.com

Lire aussi:
Don de sang, 400 travailleurs au secours du Centre national de Transfusion Sanguine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*