Conflit latent à Anokoua Kouté (Abobo),  dialogue entre protagonistes

|133 vues |
Le dialogue communautaire du 12 septembre 2019 à Anokoua Kouté (Abobo) LMC

L’Observatoire Ivoirien des Droits de l’Homme (OIDH) à travers son projet de prévention contre la violence s’est rendu à Anokoi Koute  dans la commune d’Abobo  le  12 septembre 2019, en collaboration avec   la Confédération des Organisations des Victimes de la Crise Ivoirienne (COVICI). L’Ong a ouvert un cadre d’échanges entre protagonistes d’un conflit latent.

 L’objectif de cette rencontre est de contribuer à la consolidation de la paix et l’avènement d’un climat de paix durable en Côte d’Ivoire par la prévention de la violence.

L’OIDH a choisi le COVICI comme médiateur pour tenter de résoudre un conflit latent à Anokoi Koute dans la commune d’Abobo.  Le conflit est lié à un soupçon de détournement d’argent récolté après une vente de terre. Awa Dagnogo coordonnatrice du COVICI présente  le contexte devant l’auditoire ce 12 septembre 2019 : « avant cette réunion, j’étais avec vous pour échanger sur le problème qui concerne les habitants de ce village, un problème de terre qui vous a divisé. Ensemble vous aviez décidé de vivre en paix, car vous être fatigués de vivre en conflit. Alors comment résoudre ce problème ? C’est la raison de notre visite ce soir », affirme-t-elle.

Sous la supervision de  Oula Dominique, membre du COVICI, des règles consensuelles du dialogue sont établies : « On ne doit pas prononcer des injures, ne pas interrompre son camarade, être désigné avant de prendre la parole, ne pas perturber la réunion en se levant par frustration. »

 Place au moment d’échange où chaque femme donnera son point de vue. Monique Djoman habitante dans ce village s’exprime : «  depuis longtemps, nous sommes dans ce problème, et aujourd’hui nous avions décidé  de tout laisser, il faut qu’on se réconcilie», dit-elle.

A sa suite Odile Akboké prend  position pour la paix : «   je n’ai pas d’ennemi ici, si nous faisons les présentations vous verrez que c’est la même famille, quand je passe je salue tout le monde, pour moi il n’y a pas d’obstacle, je suis pour la paix. » confirme-t-elle.

Oula Dominique relance l’essence du conflit en latence pour lever tout équivoque: « vous nous aviez dit qu’il y avait un problème de terre, ce problème intervient juste après la guerre, période pendant laquelle les  familles traversaient des difficultés.  Alors un groupe de famille a voulu vendre sa parcelle de terrain à l’ONUCI pour s’en sortir et il s’est trouvé qu’il y avait un groupe intermédiaire,  et le groupe à qui appartiendrait la terre après la vente insinue que  l’agent reçu n’était pas complet et accuse le groupe intermédiaire d’avoir pris cet argent. Alors voici ce qui a engendré le problème. Pourtant quand vous dites que tout est fini, est-ce à dire que vous laissez tout tomber ? Est-ce que vous laissez cette histoire d’argent tomber ? » Pose t’il sa préoccupation. Monique Beugré reprend la parole  et semble trancher : « cette affaire est arrivé en justice alors la vraie réconciliation est lié au résultat de la plainte. » 

Toute l’initiative de l’OIDH entend maintenir le dialogue entre les protagonistes afin de prévenir tout débordement. Il est prévu une rencontre avec le chef du village et les femmes du village.

Le projet « Prévention de la violence à travers la Mémoire, le Dialogue et l’Education en Côte d’Ivoire » a été lancé par l’OIDH en juin 2019.

Selon Marie Flore Begou, Chef du projet , il s’articule autour de 3 axes: “la mémoire, le dialogue et l’éducation”.  « L’innovation cette année, c’est l’association des médias et l’initiation d’une formation à l’endroit des jeunes. Ces personnes viennent des zones d’intervention, Abidjan, Duekoué et Toulepleu » . La cheffe de  projet indique qu’il  vise principalement à contribuer à  “ la consolidation de la cohésion sociale et à l’avènement d’un climat de paix durable en Côte d’Ivoire par la prévention de la violence ». Il est mis en oeuvre avec le soutien de la Fondation Rosa Luxembourg. 

Ruth Assoko (stagiaire)

Lemediacitoyen.com

Lire aussi:
Reportage/ Williamsville (Adjamé), Auteurs ou victimes, dialogue de résilience d'élèves face au banditisme 

Email


*