Covid-19, Prof Noël Zihiri Guede, (ufr bioscience université de Cocody) : « Je  peux aider avec le Kohi  »

    Le prof Noël Zihiri Guede jette un regard sur les débats scientifiques liés à la Covid-19. Et propose un médicament issu de ses recherches sur les plantes médicinales ouest-africaines appelé “ le Kohi”.

    Il est  spécialiste de botanique et d’ethnopharmacologie à l’UFR de bioscience de l’université Félix Houphouët Boigny.

 

prof Noël Zihiri Guede et la Covid-19
prof Noël Zihiri Guede

   

    Quels commentaires faites-vous de la Covid-19 qui sévit partout, y compris en Côte d’Ivoire ?  

La maladie à Coronavirus est une maladie grave très contagieuse. Le virus attaque les cellules de la sphère ORL (Ndlr Oto-Rhino-Laryngologie), puis les voies respiratoires et les poumons. Les symptômes sont la toux, les difficultés respiratoires qui peuvent se compliquer et entraîner la mort du patient.

    Quel est votre avis sur la polémique des essais d’un vaccin en Afrique, qui a suscité beaucoup d’indignation ?

    Normalement, un vaccin bien élaboré peut protéger les individus mais à l’heure actuelle le vaccin contre le Corona, n’est pas fait. Je ne souhaite pas que les populations africaines soient les cobayes d’un vaccin douteux.

    Est-ce que la Côte d’Ivoire est outillée pour faire de la recherche d’un vaccin du Covid-19 ?

    La Côte d’Ivoire a les chercheurs capables de développer un vaccin mais nous n’avons pas les infrastructures nécessaires pour le développement d’un vaccin.

    La polémique sur des essais de vaccin par l’occident relance le débat du rôle des chercheurs africains. N’est-ce pas  le fait que l’Afrique propose peu en terme de vaccins  ?

    L’Afrique a beaucoup de choses à proposer dans le domaine du médicament. Plusieurs médicaments contre le cancer, le paludisme, le diabète, l’hypertension artérielle et d’autres médicaments dérivent de plantes africaines.  

    Avez-vous bénéficié d’un financement de l’Etat dans la réalisation de votre médicament et de vos recherches ?

    Je peux dire que j’ai bénéficié de l’aide de l’Etat de Côte d’Ivoire parce que depuis la classe de sixième jusqu’à mon Doctorat j’ai été boursier de l’Etat de Côte d’Ivoire. Pour le développement de mes médicaments, j’ai bénéficié de plusieurs projets de recherche avec la France, l’Allemagne et les USA.

    Existe-il un conseil de chercheurs dans lequel vous travaillez ?

    Dans notre pays, il existe des Unités de Formation et de Recherche (UFR) dans toutes les Universités de Côte d’Ivoire. Moi j’appartiens à l’UFR Biosciences de l’Université Félix HOUPHOUET BOIGNY.  Je suis Professeur Titulaire au Laboratoire de Botanique. Je suis le chef de l’unité Ethnobotanique et Substances naturelles d’Intérêt thérapeutique. Il n’y a pas de conseil de chercheurs, mais la recherche est organisée en UFR.

    Dans le cadre de vos recherches, avez-vous eu des collaborations ou coopérations sous régionales, africaines, ou autres ?

    Nous travaillons en collaboration avec plusieurs laboratoires ivoiriens et étrangers dans le domaine de la recherche scientifique.

    Le médicament que vous avez créé, ‘’le Kohi’’, qui protègerait contre les virus, est-ce que la Covid-19 en fait partir ?

    J’ai déjà développé 5 médicaments. Je n’ai pas encore fait  d’essais sur la COVID 19. Mais je pense que je peux aider les malades avec le KOHI. Ce produit renforce les défenses immunitaires, il est actif sur les virus de l’hépatite, protège le foie et élimine les toxines de l’organisme.

Mon souhait est d’évaluer l’efficacité du KOHI sur la COVID 19. Je suis prêt à proposer le KOHI dans le traitement du coronavirus. Je voudrais bien essayer. Pour l’instant, respectons rigoureusement les consignes des autorités.

    Pourquoi le KOHI et vos autres médicaments ne sont pas assez vulgarisés au niveau du grand public ?

    Le KOHI a été aussi étudié au Ghana, au Mali et en France. Mes produits sont connus, le KOHI est connu au Ghana, au Mali et en France, la vulgarisation continue.

prof Noël Zihiri Guede et la Covid-19
prof Noël Zihiri Guede met sur la table de la réflexion scientifique le médicament qu’il a créé

    Au-delà du coronavirus, qu’attendez-vous de l’Etat pour que les chercheurs soient outillés, opérationnels pour produire des médicaments contre des maladies dévastatrices ?

    C’est mon souhait, nous avons les compétences mais nous manquons de laboratoires pour fabriquer des médicaments.

Interview réalisée par N’Dri Koffi

Lemediacitoyen.com

Lire aussi:
Coronavirus, que les candidats à la présidentielle de 2020 en tirent les leçons

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*