Adoption d’un code électoral non consensuel, ce qui change 

     L’ adoption d’un code électoral après l’échec du dialogue politique a eu lieu le 8 avril 2020 à Abidjan. Le conseil des ministres a validé le parrainage citoyen et l’augmentation de la caution dans un contexte d’état d’urgence sanitaire. 

    Un conseil des ministres s’est tenu le  mercredi 8 avril 2020, au palais présidentiel d’Abidjan-Plateau. Ce, sous la présidence du Chef de l’État, Alassane Ouattara. Au nombre des sujets à l’ordre du jour, l’adoption du nouveau code électoral.

    Selon le porte-parole du gouvernement, le ministre Sidi Tiémoko Touré, l’adoption se fait ainsi compte tenu de la situation exceptionnelle liée à la pandémie du Covid-19.

    Des mesures contraignantes nécessitées par l’impératif de riposte nationale qui rendent difficile la tenue des réunions parlementaires, le Conseil a adopté l’ordonnance portant révision du Code électoral.  

    Il s’agit, entre autres,   de  l’institution du parrainage citoyen pour l’élection présidentielle et du  relèvement du niveau de cautionnement à 50 millions pour la présidentielle.

    Le conseil valide l’abaissement à 5 % du taux de suffrage requis pour le    remboursement du cautionnement. Autre nouveauté, la suppression de la référence aux « intérêts économiques et sociaux » comme condition d’inscription sur la liste électorale.

    Désormais, des critères dits  plus objectifs se référant au « domicile », à la « résidence », au « lieu d’inscription au rôle des contributions » et au « lieu d’immatriculation des Ivoiriens à l’étranger » sont admis pour lutter contre la transhumance des électeurs.

    Même si le gouvernement revoit à la baisse ses ambitions sur le plafond du  cautionnement, des points de discorde demeurent. 

     L’opposition dénonce un passage en forme. S’inquietant de la transparence électorale. Elle met sur la table, l’organe chargé des élections, le code électoral, le listing électoral.. Mais en vain…

Daniel Susper

Lemediacitoyen.com

Lire aussi:
Côte d’Ivoire, 54 pro-Gbagbo dont 6 ministres  sont rentrés d’exil ce 31 janvier

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*