FAFE, tout sur le forum africain des femmes entrepreneurs (Interview)

FAFE

FAFE. Le forum africain des femmes entrepreneurs (FAFE) est une organisation non gouvernementale de promotion de la femme entrepreneur. Il a son siège au Cameroun. Il est aussi représenté en côte d’Ivoire avec à sa tête Sangaré Mada la présidente. En prélude à son investiture, la présidente du forum africain des femmes entrepreneurs (FAFE) section Côte d’Ivoire, Sangaré Mada a accordé une interview à Lemediacitoyen.com 

   Présentez nous le FAFE… 

   Le FAFE, c’est le forum africain des femmes entrepreneurs, dont le siège est à Yaoundé au Cameroun. Il y’a 03 mois depuis nous avons eu l’honneur de représenter le forum en côte d’Ivoire. Le Choix s’est porté sur ma modeste personne. Les femmes africaines sont sensées se retrouver pour le réseautage.

    Quels sont vos objectifs ?

   L’objectif c’est de se retrouver en réseau. Comme on le dit seul on arrive plus vite ,mais ensemble on arrive très loin. Notre objectif c’est de pouvoir mettre les femmes entrepreneurs de la côte d’Ivoire ensemble. Nous avons deux grands axes : le premier c’est d’abord la formation, vous êtes d’accord avec moi que c’est-ce qu’on maîtrise le mieux qu’on peut mieux faire. Se former c’est être excellent et comme le dit toujours le Pr. Alassane Ouattara, il y a le besoin de l’excellence. Et après nous avons l’intention de nous mettre ensemble pour régler tout ce qui est levée de fonds pour la femme. Tout le monde sait que c’est un grand souci pour la femme entrepreneur qui n’a pas trop d’accès aux fonds.

    Quel est le plaidoyer prioritaire de l’organisation ?

    Notre plaidoyer c’est que les institutions puissent nous accompagner,  en particulier notre ministère de tutelle, le ministère des PME Petites et Moyennes Entreprises pour qu’ensemble on puisse mettre en place la création de l’Académie de la formation de la femme entreprenante. Toutes veulent êtres entrepreneurs mais toutes ne peuvent l’être.

   Qu’est-ce qui a motivé la création du FAFE ?

   La motivation s’est basée sur plusieurs plans, l’autonomisation, l’indépendance de la femme. Le combat aujourd’hui c’est de voir le genre prendre plus le dessus. Accompagner la femme à réaliser son projet, à accomplir son ambition. Très souvent la femme se trouve être victime, nous disons non la femme n’est pas victime et ne l’a jamais été. Plus tu maîtrise ce que tu fais , plus tu persévère dans ce que tu fais et tu arrive à bout. Cela passe d’abord par la formation et tout le monde sait que pour réussir dans la vie, on a besoin d’un coup de pouce. C’est d’avoir les fonds à disposition c’est sur cela que nous voulons réfléchir avec les experts autour de nous pour être plus à l’aise. Les fonds sont certes disponibles mais il faut que ce soit mieux disponible. Se former et réussir surtout à faire le réseautage ensemble.

    On a beau avoir les moyens quand on a pas d’opportunité c’est un problème. Et le( FAFE) forum africain des femmes entrepreneurs permet d’avoir les meilleurs opportunités, d’avoir un carnet d’adresse, avoir des personnes pour les échanges, prospérer et avoir des partenariats. C’est aussi ça le coup de pouce.

FAFE

   Quelles sont les activités que vous avez déjà menées ?

    Nous avons une académie. Aujourd’hui la formation est permanente dans cette salle de l’auditorium Farma Touré dans le hall Akwaba City , qui est aussi notre partenaire. Le mercredi 30 juin 2021 il y aura la formation de 50 femmes et le thème est « comment impulser l’entrepreneuriat ivoirien » pour que les femmes le sachent. Les contacts pour celles qui veulent prendre part 0747792456/ 0708082487/ 0709177575. La formation c’est notre priorité et passer à la sensibilisation, informer jusque dans les zones rurales, nous allons partir dans le fond de la côte d’Ivoire car on a tendance à penser que la femme entrepreneur c’est celle qui occupe un bureau, une voiture… mais c’est aussi celle qui vend au marché, devant la porte , dans le champ. Nous allons les mettre en coopération, les former dans leurs domaines précis.

  Quelles en sont les perspectives ?

   Nos perspectives c’est d’abord réussir le réseau. Et quand c’est fait, à partir du potentiel que nous verrons, nous allons mettre en exergue. C’est rassurer les femmes ivoiriennes que le forum est là pour elles. C’est depuis les champs jusqu’aux hautes entreprises au conseil administratif et au sortir de là qu’elles acceptent de se faire former, c’est celui qui accepte d’apprendre qui est excellent. C’est aussi un combat d’ensemble pour réussir à faire de notre banque la cotisation participative car nous n’attendrons pas que quelqu’un nous vienne en aide avant de faire notre banque. Nous allons nous retrouver et cotiser. 13millions de femmes en côte d’Ivoire 1000fr / femme ça fait 13 milliards et 100fr/femme font 1milliard, ça peut être le fond de garantie pour s’approcher d’une banque pour pouvoir avoir la notre.

   Vous avez été plébiscité à la tête du FAFE, quels sont vos sentiments ?

   Mes remerciements vis-à-vis de mes collaboratrices, mes sœurs car au FAFE nous sommes une famille. Leurs dire merci pour la confiance et aujourd’hui c’est à moi de réussir à être à la hauteur de cette confiance, que seul on ne peut jamais. C’est un combat d’ensemble et je reste toute humble au près d’elles, reste à leurs écoute concernant tout manquement et que c’est main dans la main qu’on ira loin.

   A cet effet, vous préparez votre investiture, elle est prévu pour quelle date et où se tiendra telle ?

   C’est le jeudi 01 juillet au CGECI au Patronat  à la rue du commerce au plateau. 

   Votre mot à l’endroit des femmes entrepreneurs et celles qui aspirent à l’être.

   Nous attendons nos hôtes qui viennent d’Afrique centrale et de l’Afrique de l’ouest dont Rose Monguélé la fondatrice du FAFE qui arrive le 07 avec 04 personnes du Cameroun. Aussi la grande responsable des femmes du Congo Kinshasa Gisèle Kidal , également Bénédicte de Paris qui est responsable de l’événement de l’entrepreneur group,  Diane la formatrice qui vient de Gabon, nous attendons les entrepreneurs de l’Afrique de l’ouest et du centre . Je veux dire aux femmes ivoiriennes que si les gens viennent d’ailleurs pour y participer pourquoi pas elles ? Qu’elles ne rate pas cette opportunité et appellent aux numéros ci-dessus pour qu’ensemble on aille loin.

            Ouedraogo Aïcha

       Lemediacitoyen.com 

     

Lire aussi:
16 décembre, ka ka behi (édito)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*