Génies en Herbe OHADA, l’interview pour tout savoir sur les innovations du concours

Génies en Herbe OHADA

   Génies en Herbe OHADA. Ouhire Grah Aurélien , est  Coordonnateur Côte d’Ivoire du concours International  Génies en Herbe OHADA ( CIGHO). Ce concours est une compétition académique portant sur le droit des affaires de l’Organisation pour l’Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires (OHADA) .

   La compétition regroupe pour le moment 17 pays. En prélude au lancement de la phase nationale du concours qui aura lieu le 20 février 2021 à Abidjan, il a répondu aux questions de lemediacitoyen.com 

  Pourriez-vous présenter le Concours international Génies en Herbe OHADA ?

       Le concours international Génies en Herbe OHADA met en compétition ici en Côte d’Ivoire comme  dans chacun des pays participants, les étudiants des facultés  et instituts  d’enseignement du droit.

      A l’issue de la phase nationale, les lauréats nationaux se retrouvent à la grande messe continentale du savoir dans un pays choisi pour abriter la phase internationale dudit concours. Ils y représentent leurs institutions et au-delà leur pays. Ce concours est à sa 12e édition. Notons qu’il a été conçu en 2008 par  l’Association des Etudiants Juristes de Côte d’Ivoire (AEJCI ). Aujourd’hui, il est géré par un comité international : le comité international OHADA.

       En tant que coordonnateur Côte d’Ivoire,  en quoi consiste votre rôle ?
  Mon rôle en tant que Coordonnateur national se résume de prime abord à organiser la compétition en invitant facultés  et instituts de droits du pays à y participer. Ensuite, je gère l’aspect scientifique du concours. Je mobilise également les ressources financières suffisantes pour le déroulement de la compétition. Enfin, je mobilise les ressources financières suffisantes pour faciliter et permette la participation effective de l’équipe de Côte d’Ivoire à la phase internationale du concours.

       Quels sont les enjeux de ce concours ?

L’enjeu pour les candidats c’est de  représenter  non seulement leurs universités, mais aussi le pays tout entier à l’étranger. 

     Ce concours en lui même est un vivier de connaissances et de compétences en droit des affaires OHADA. Son principal apport est donc la richesse intellectuelle acquise par les différents participants. Il permet chaque année à des anciens  participants, lauréats d’intégrer de nombreuses institutions ( judiciaires, bancaires etc.).

    Que gagnent les lauréats en terme de lots?

    À ce niveau, tout est fonction des partenaires présents. Le gros lot  est l’obtention des billets d’avion pour leur participation à la phase internationale du concours.

       Mais de façon visible, ils reçoivent généralement des ouvrages ( quand on sait à quel point les ouvrages juridiques sont chers, ce n’est pas rien), des ordinateurs et d’autres lots que les partenaires mettent à notre disposition. 

Génies en Herbe OHADA

 

Lire aussi:
Interview/ Participation politique et citoyenne,  Vincent Bohouo (COPHCI) : « Que les personnes handicapées soient représentées au sein de la CEI »

     Quelles sont les différents épreuves du concours ?

     Deux épreuves composent le Concours. Une épreuve écrite et une épreuve orale qui est la plaidoirie. 

         Le concours se déroule en quatre (4) phases. Nous avons d’abord, les présélections au sein de chaque université participante. Ensuite, il y’a les éliminatoires régionales ( à Abidjan et dans une ville de l’intérieur du pays).  Aux régionales d’Abidjan  toutes les équipes d’Abidjan croisent le fer. Les  régionales de l’intérieur concernent les équipes de l’intérieur que sont les universités Alassane OUATTARA de Bouaké, Jean Lorougnon Guédé de Daloa, et Peleforo Gon Coulibaly de Korhogo.  

     Pour chaque régionale, seules deux équipes sont retenues pour continuer l’aventure en 1/2 finale et éventuellement en finale. 

      Quel est le palmarès de la Côte d’Ivoire à l’échelle internationale ? 

     À l’international, notons que la Côte d’Ivoire détient quatre trophées ( 2009, 2014, 2015 et 2018). Cette année, nous irons au Tchad pour revenir avec le cinquième trophée continental.  

   Bénéficiez-vous d’un apport quelconque des autorités dans la formation, l’encadrement, la logistique etc. des candidats qui représentent le pays aux différentes éditions ?

Lire aussi:
Affaire Yao Hubert, No Vox demande sa libération et l’abandon du projet de mine

       Il n’est pas toujours évident et facile d’en obtenir. Mais Dieu aidant nous réussissons toujours à former nos représentants nationaux  et  à assurer leur déplacement à l’étranger. 

    De façon particulière, la coordination nationale que je dirige sollicite l’appui d’éminents professeurs, avocats et magistrats qui n’hésitent pas à suivre les travaux de l’équipe.

    Depuis peu, nous avons avons sollicité  l’accompagnement de l’Association des Jeunes Avocats de Côte ( AJA-CI ). 

     Quelle sera la spécificité de cette édition par rapport aux précédentes? Y aura-t-il des innovations si oui lesquelles ? 

   Cette année la compétition nationale, s’enrichie d’une nouvelle épreuve; celle de la médiation.  Elle permettra aux différents participants de mieux maîtriser ce mode alternatif de règlement de conflits. C’est la particularité de cette édition.

   Comment sont sélectionnés les candidats pour représenter le pays?

     Comme je l’ai expliqué un peu plus haut, les représentants du pays sont sélectionnés à l’issue d’une procédure qui commence par les présélections au sein de chaque université pour arriver aux éliminatoires régionales. 

     Il est important de préciser que l’évaluation des candidats à partir des éliminatoires régionales est assurée par d’éminents praticiens du droit, des professionnels 

     Ils sont généralement magistrats, professeurs avocats, docteurs.

      Quelles sont les conditions pour participer au concours ?

     Les conditions tiennent à la fois à la personne du candidat d’une part et à l’équipe universitaire représentante. 

     Relativement à la personne du candidat,  le concours est ouvert aux étudiants de niveau licence 3 et du master inscrits dans les  facultés  ou instituts de droit du pays. En ce qui concerne l’équipe universitaire, elle devra s’acquitter d’un droit de participation. Ce droit est payé par l’institution qu’elle représente. 

     Que sont devenus les anciens lauréats?

     Riches des connaissances acquises à l’occasion de cette compétition, la plupart ont été reçu au concours de la magistrature, au certificat d’aptitude à la profession d’Avocat   ( CAPA), des entreprises privées etc.. 

Génies en Herbe OHADA

   Y a  t-il un point particulier , que vous voudriez aborder? 

Lire aussi:
Histoire et  littérature, le prince Aniaba, le nouvel héros de Serge Bilé

     Oui. Il s’agit de l’épineuse question du financement. 

    Il n’est pas facile pour la coordination nationale de mobiliser les fonds nécessaires  pour assurer l’organisation de la compétition. C’est une compétition nationale, une tournée nationale que nous organisons en réalité. Il nous faut donc des moyens pour la tenir.

   Je voudrais lancer un appel aux autorités et personnes morales pour qu’elles nous soutiennent. Il ne faut pas qu’elles hésitent à aider et associer leur image à l’événement cette année et à l’avenir. 

      Pour finir je voudrais informer la communauté nationale et internationale que la cérémonie de lancement officiel de la 12e édition se tiendra le samedi 20Février 2021 .

Interview réalisée par Délorès Pie 

Lemediacitoyen.com 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*