Justice climatique et Covid-19, les Jeunes Volontaires pour l’Environnement mettent le holà

     Les Jeunes Volontaires pour l’Environnement (JVE) dénoncent la non prise en compte de la justice climatique dans la gestion Covid-19. Pour eux, cette crise impacte doublement les personnes affectées par le dérèglement climatique. À l’occasion de la journée mondiale de l’environnement, JVE Côte d’Ivoire interpelle les dirigeants. Ci après le communiqué.

     A l’occasion de la Célébration de la Journée Mondiale de l’Environnement initiée par l’Organisation des Nations Unies en 1972, l’ONG Jeunes volontaires pour l’environnement côte d’ivoire (JVE côte d’ivoire) propose le remède de la Justice Climatique pour faire face à la crise sanitaire de la COVID 19.

     L’association de protection de l’environnement lutte depuis sa création en 2008 pour la justice sociale et en ces temps de COVID 19, elle met l’accent sur le besoin d’une réinvention de nos sociétés en ajoutant la justice climatique aux programmes des politiques publiques de la Cote d’Ivoire.

    Pour Mlle Larissa YAPO, Coordonnatrice des Programmes à JVE Cote d’Ivoire « il est clair que cette crise de COVID 19 a exacerbé les inégalités déjà présentes dans notre société mais le Post-COVID 19 ne nous donne aucune garantie pour le futur ; pour nous Environnementalistes le remède qu’il nous faut c’est la justice climatique »

    Depuis que la pandémie a éclaté, ce sont ces notions de la justice climatique à savoir l’equité, la responsabilité, la solidarité qui ont guidé les actions entreprises par notre Organisation afin d’apporter secours à certaines populations dans le besoin.

    A travers un programme que nous avons dénommé ‘’ISC19’’ c’est-à-dire Initiative Solidarité Covid 19 nous avons fait des dons et appuis divers à des femmes dont celles du petit marché à Koumassi-Sicogi,  des femmes à San-Pedro, à d’autres à Lokoa (Yopougon) et Yapokro dans la zone d’Aboisso.

    La justice climatique est donc un élément clé et essentiel pour construire la résilience de nos sociétés attaquées par la crise climatique et la crise de la COVID 19.

    Nous invitons donc nos Autorités surtout celle en charge de l’Environnement à stopper la destruction de notre biodiversité en arrêtant de promouvoir les Monocultures d’arbres car celle-ci ne contribuent pas à cette diversité biologique.

     Nous invitons donc nos Autorités en charge de l’Environnement à clarifier à l’ensemble des citoyens de la Cote d’Ivoire, la question de la destruction ou non d’une partie de la foret du Banco, le poumon de la Capitale économique Abidjan.

     Nous invitons nos Autorités à la promouvoir les Energies Renouvelables contrairement aux Energies fossiles qui se déclinent dans des projets comme la Centrale à Charbon de San-Pedro qui vont contribuer à une dégradation de la santé de nos populations, à la pollution de nos cours d’eaux et à une augmentation des Emissions de Gaz à effet de Serre dans l’atmosphère.

    La Journée Mondiale de l’Environnement 2020 qui se célèbre en plein COVID a choisi comme thème : la Biodiversité, l’ONU et le PNUE nous invitent tous à « l’action pour lutter contre la perte accélérée d’espèces et la dégradation du monde naturel » Elle poursuit en disant que « La Journée Mondiale de l’Environnement nous invite à repenser la manière dont nos systèmes économiques ont évolué et l’impact qu’ils ont sur l’environnement. »

      JVE Cote d’Ivoire est attaché à la protection de l’environnement et à la lutte contre les changements climatiques depuis plus de 10 ans et invite toutes les Organisations de la Société Civile à faire preuve de plus de solidarité pour défendre le patrimoine naturel qui devra être laisser aux générations futures.

   Fait à Abidjan, le 05 Juin 2020

   Le titre et le surtitre sont de la Rédaction

Lire aussi:
Reportage/ San Pedro, projet de centrale à charbon, un projet controversé 

Photo: archives

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*