Kablaké, oké ! Un poète de San Pedro s’élève contre la centrale à charbon

      Kablaké. Ce village de San Pedro (sud ouest ivoirien) accueille le projet controversé de centrale à charbon. Ému par une web émission sur le sujet, Necké Bernard, écrivain crie son amertume. Avec son accord, nous publions le poème inédit sorti de ses tripes ce 19 octobre 2020. 

       « Je voudrais symboliquement participer au combat aux côtés du peuple pour l’abandon de la future construction de la Centrale à Charbon de Kablaké dans la Région de San Pedro pour donner une chance écologique et sociologique à la belle cité de San Pedro, « La perle des baies tropicales »…

    KABLAKÉ, OKÉ!!!

Kablaké, paisible Cité
Où jasent les gangs de carangues
Et s’ébattent les bandes de barracudas
Au bout des filets qui boivent les hectares de mer,
Et les châteaux des badauds qui hissent des bandeaux de jouvence…

Une centrale, pleine de sombre avenir
Trainant une rutilante braise de vapeur
Surgit, bientôt des terres marines
Où le sable blanchâtre des plages se tord de saveur.

Kablaké, pauvre oasis des mers qui courtise la terre
Prépare-toi à vomir un souffle de vapeurs exécrables
Sous les affres du baiser de tempête répugnant qui noircit le soleil
Et les crocs d’ogre de l’ouragan horrible qui déchire les vies…

Ô energie fossile qui hante nos jours prochains
De tes champignons remplis de moignons de poumons
Tu huiles de houille la rouille énergétique
Que la Chine verte et la Pologne qui reverdit rejettent
Comme le Sénégal marqua l’histoire à Bargny…

Necké Bernard, « Les voix du peuple », San Pedro (Civ), le 19 octobre 2020, (Inédit).

Publié par lemediacitoyen.com 

Lire aussi:
Centrale à charbon,  Des sénégalaises descendent sur Abidjan pour dénoncer la BAD

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*