Nesmon De Laure,  Consultante-formatrice en nouveaux médias : “il est temps de promouvoir les médias alternatifs”

         Nesmon De Laure, journaliste et bloggeuse, Consultante-formatrice en nouveaux médias exhorte à la promotion des médias alternatifs. La fondatrice du site Lemediacitoyen.com est aussi la coordinatrice du Collectif des Web-activistes pour la promotion de la paix et la cohésion sociale (Cwap).   

      A l’ouverture d’un atelier de formation sur le Fact-checking le 30 juillet 2020 à Abidjan Cocody, elle a plaidé en faveur de l’accès à l’information, la lutte contre les fakenews et la promotion des nouveaux médias. C’est Une initiative soutenue par la Fondation Open Society Initiative for West Africa (OSIWA). Nous vous proposons l’intégralité de son discours.

1- Monsieur Guillaume Beda,  Directeur des Partenariats et du Développement des    Medias au ministère de la Communication et des Médias

2-    Monsieur Claude Konan,  Sous – Directeur en charge du Développement des   Medias au ministère de la Communication et des Médias

3- Mme Soro Kamara Mylène, Coordinatrice du Réseau Ouest africain pour l’édification de la paix en Côte d’Ivoire (Wanepci)

4- Monsieur Eric Aimé Sémien, président de l’Observatoire Ivoirien des Droits de l’Homme

5- Monsieur  Lassina Sermé, président du Réseau des    Professionnels de la presse en ligne en Côte d’Ivoire

6-  Monsieur Joël Nianzou, président de la   Presse Numerique de Côte d’Ivoire

7- Mme Marie Louise Ycossié, coordinatrice nationale des Scouts Messagers de la Paix (Messengers of Peace Côte d’Ivoire)

8- Mesdames et messieurs, chers membres du Collectif des web activistes pour la promotion de la paix et la cohésion sociale

9- Mesdames et Messieurs les participants, chers invités

   

   Bienvenus à l’« Atelier  de formation et de sensibilisation en lien avec les réseaux sociaux et élections / Thème : détecter les fausses nouvelles, les outils »

      Le Collectif des web activistes pour la promotion de la paix et la cohésion sociale est heureux de vous acceuillir à cet atélier de formation sur le fact-checking en période électorale. Il s’agit  du fact-checking impliquant surtout les réseaux sociaux.

      En Côte d’Ivoire, selon la dernière étude menée par We Are Social et rendue publique en 2020, on dénombre 12,20  millions d’utilisateurs d’internet. 4,90 millions de ces utilisateurs sont des utilisateurs actifs des réseaux sociaux.     

           Les réseaux sociaux deviennent ainsi une courroie de l’accès à l’information et de la participation citoyenne. Cependant, tout n’est pas toujours net sur le net. La manipulation intentionnelle ou non de l’opinion à travers  les fake news a pignon sur rue sur les réseaux sociaux. Ce qui induit en erreur, biaise le débat public en ligne et peut influencer les choix du public.

    Le contexte électoral que la Côte d’Ivoire traverse en 2020 vient accroitre les inquiétudes. En effet,  les réseaux sociaux jouent un rôle déterminant. Les électeurs et les candidats s’appuient très largement sur l’accès aux réseaux sociaux  aussi bien pour transmettre que pour recevoir des informations. Et la période électorale est propice à la floraison des fake news selon les experts.

       Comment contribuer à la clarté du  débat public sur internet en période électorale ?  Comment œuvrer à la participation citoyenne sans enfreindre les règles du jeu ? Comment favoriser un choix éclairé des électeurs à partir des interactions en ligne ?

      C’est pour répondre à ces questions que le Collectif des Web-Activistes pour la Promotion de la Paix et la Cohésion Sociale (CWAP) initie l’activité dénommée : « Atelier  de formation et de sensibilisation en lien avec les réseaux sociaux et élections / Thème : détecter les fausses nouvelles, les outils ». C’est un pan du projet intitulé  » Campagne de sensibilisation pour des élections apaisées en Côte d’Ivoire en 2020″ financé par la Fondation Open Society Initiative for West Africa (OSIWA) et mis en œuvre par le Collectif des Web-Activistes pour la paix et la cohésion sociale (Cwap).

Nesmon De Laure

      Ce projet vise à contribuer à des élections apaisées et à une participation massive des jeunes en Côte d’Ivoire en 2020. A court terme, le projet financé par OSIWA entend favoriser la sortie du cycle de violence en période électorale, renforcer la présence et la capacité participative à la chose publique des Web-activistes via internet, Contribuer à la consolidation de la cohésion nationale et Favoriser l’intérêt et la participation des jeunes au processus électoral.

    L’objectif général de cet atelier est de Renforcer la présence et la capacité participative à la chose publique des Web-activistes en période électorale

   Pour nous le Collectif des web activistes, la répression ne devrait pas être la seule arme pour amortir les dérives sur les réseaux sociaux.

Lire aussi:
Edito/ Supporters maso, c’est Zo !

   C’est pourquoi nous saluons les efforts du gouvernement à travers le ministère de la Communication et des médias, qui s’emploie de plus en plus à mettre l’Education aux medias (EMI) au cœur de ses actions. C’est le lieu pour nous de remercier une fois de plus Monsieur Guillaume Beda,  Directeur des Partenariats et du Développement des Medias au ministère de la Communication et des Médias pour sa présente rassurante à nos côtés.

    Nous ne pouvons omettre le Wanepci qui depuis un bon moment participe à la formation des internautes sur le processus électoral à travers les débats diffusés en direct tous les mercredis. Le Wanepci est surtout un partenaire technique du projet que nous mettons en œuvre  avec l’appui de la Fondation Osiwa. Merci Mme la coordinatrice pour votre engagement à nos côtés.

     Pour nous, l’Education aux médias est une arme pacifique pour réculer les frontières de l’ignorance dans nos rapports aux réseaux sociaux. Une communication pro active des organismes publics et privés d’intérêt public permettra  de faciliter l’acces aux données et à l’information, et réduire ainsi les fake news.

    Cela revient donc à sensibiliser toutes les parties prenantes, dont les internautes mais également les populations dans les localités reculées. En effet, pour cette activité, nous avons procédé par appel à candidatures. Près de 100 personnes ont postulé et 40 ont été retenues.  Malheureusement des personnes retenues sont loin d’Abidjan et n’ont pu effectuer le déplacement.

     Nous profitons de cette occasion pour encourager des initiatives de formation sur les questions en lien avec les réseaux sociaux dans les zones réculées d’Abidjan. Au niveau du Collectif, nous avons des experts des réseaux sociaux, aptes à accompagner de telles initiatives.  

   Oui, Mesdames et Messieurs, il est temps de promouvoir les médias alternatifs qui tiennent compte des jeunes et des femmes. Internet nous offre cette possibilité. Mais soyons vigilants car tout n’est pas toujours net sur le net.

Je vous remercie.

Source : Cwap 

Le titre et le surtitre sont de la Rédaction 

Lemediacitoyen.com 

   

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*