Nouvelle législature, des jeunes suggèrent une vingtaine de réformes à débattre au parlement 

     Nouvelle législature ivoirienne. Faire en sorte que le parlement joue véritablement son rôle dans le principe de la séparation des pouvoirs. C’est la visée essentielle des réformes que des jeunes proposent.  Ils sont intervenus le 27 mars 2021 , à l’université Félix Houphouët Boigny d’Abidjan. Ce, au cours d’un meet up relatif à leurs attentes face aux élus. 

          L’initiative est du Collectif des Web activistes pour la Promotion de  la Paix et la Cohésion Sociale (CWAP). Et elle est soutenue par la Fondation Open Society Initiative for West Africa (OSIWA). 

Régime parlementaire vs régime présidentiel

        Les panélistes Lamine Coulibaly journaliste et blogueur et Carelle Laetitia Goli juriste fondatrice de l’Académie politique des femmes ont fait des propositions de réformes. Selon Lamine Coulibaly «  le député doit se réformer lui-même. Pour se faire, il faut ramener le parlement au peuple.  Le député doit être député de la nation et non député partisan. » Il propose également de venir au régime parlementaire au détriment du régime présidentiel qui selon lui fait du président un surhomme.  De même, il propose une réforme pour mettre fin au cumul des mandats.

nouvelle législature

      Pour Carelle Laetitia Goli le pouvoir législatif est le pouvoir supérieur dans le principe de la séparation des pouvoir. À cet effet, elle propose le respect des textes en l’occurrence la constitution qui définit le rôle des députés.

       Rendre effective la mission d’évaluation du gouvernement 

          Au nombre de la dizaine de propositions de réformes formulées par Mme Goli, figure la nécessité de rendre effective la mission d’évaluation du gouvernement par le parlement. Aussi, selon elle, il faut rendre effective la haute cour de justice. De même il faut interroger le grand médiateur, intégrer dans les obligations de transparence et de bonne gouvernance, la déclaration de santé. 

           nouvelle législature

Lire aussi:
Décryptage/  Guillaume Soro  à Ferkéssedougou, le sens d’un accueil en liesse après  démission

       Elle soutient aussi qu’ il est du devoir du parlement de faire appliquer le régime d’incompatibilité en matière de cumul des postes. Une réforme pour faire admettre le recours sur les décisions du conseil constitutionnel est nécessaire. Également, le référendum doit être la seule voie de révision de la constitution. Enfin, pour elle, il est impératif de contrôler la transhumance (le basculement dans un parti, alors qu’on se fait élire sous la bannière de candidat indépendant), former le corps législatif et réformer le système de santé publique.

nouvelle législature

      La rencontre se voulant interactive, les participants ont également fait des propositions aux nombre desquels la modification de la constitution de 2016. Sur la question du cumul des postes certains participants disent n’y être pas opposés vu que la loi l’admet.

       Au total, panelistes et participants ont proposé une vingtaine de réformes. Les organisateurs entendent rencontrer les parlementaires les jours à venir pour présenter ces propositions. 

     Cette rencontre met ainsi fin à l’exécution du projet « Campagne de sensibilisation pour des élections apaisées en Côte d’Ivoire en 2020 » financé par la Fondation Open Society Initiative for West Africa (OSIWA) et mis en œuvre par le Collectif des Web activistes pour la cohésion sociale et la paix (Cwap). Pour rappel, le projet a démarré en avril 2020 et a consisté à des sensibilisations, formations en ligne et hors ligne sur diverses thématiques. Entre autres, la participation citoyenne et politique des jeunes . De même que le renforcement de la capacité participative des Web-Activistes à la chose publique. 

Délorès Pie 

Lemediacitoyen.com 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*