Réseaux sociaux : les propos sexistes en hausse (rapport monitoring)

    Réseaux sociaux. Moins de discours de haine en ligne mais les propos sexistes toujours en hausse. 

    Pour la troisième semaine consécutive, l’Observatoire d’Internews Côte d’Ivoire relève une diminution du nombre de discours de haine sur Facebook. L’échantillon monitoré est pourtant inchangé (172 pages, groupes et profils). Et pour la période du 22 au 28 juillet 2021, seules deux catégories sont en hausse et quatre autres sont restées stables.

   Aucun changement sur les deux dernières semaines de juillet 2021 pour la délation, la menace, les vœux macabres et la justification de la haine. Ces types de discours de haine sont quasi inexistants. Les emojis, textes, images ou vidéos xénophobes et dévalorisants/injurieux pour les femmes sont en revanche plus nombreux. Ils sont en hausse et représentent près du tiers des propos haineux collectés du 22 au 28 juillet (138).

    Les attaques contre des communautés, les incitations au meurtre/à la révolte, les injures et diffamations de même que les animalisations sont pour leur part en baisse.

   Sur toute la période d’observation, les discussions et publications monitorées ont essentiellement été marquées par la rencontre Gbagbo-Ouattara (principal sujet de discussion) et la non-acceptation de l’acquittement de Laurent Gbagbo par la Cour pénale internationale. Des commentaires justifiant certains crimes commis en Côte d’Ivoire (rébellion de 2002, personnes brûlées en 2011, jeune décapité en 2020) ont aussi été recensés.

   Le top 5 des espaces où le plus de propos haineux a été collecté est encore dominé par les pages. Il y en a 4 cette semaine contre 1 groupe. Les pages appartiennent en majorité (3) à des activistes qui se revendiquent de partis ou d’acteurs politiques. Le groupe indexé est lui aussi à connotation politique. 

De manière plus générale, sur l’échantillon d’espaces observés, les pages sont pour cette autre période les principales sources de discours de haine sur Facebook. Elles sont montées à une part de 85% contre 15% de part pour les groupes.

  Le monitoring des discours de haine en ligne est une activité du Programme Transition et Inclusion Politiques en Côte d’Ivoire (PTI) financé par USAID et mis en œuvre par le National Democratic Institute (NDI), Internews ainsi qu’une coalition d’organisations de la société civile ivoirienne.

Source : Internews 

Le titre est de la Rédaction

Lire aussi:
Injures, xénophobie, animalisation : Ça chauffe sur la toile ivoirienne !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*