Visite à Akoua Boni II, ce que cache la volonté de ne renouer qu’avec Bédié

reine des baoulé
Alassane Ouattara a rencontré la reine Boni II à Sakassou (DR)

Une petite réflexion sur la visite du président de la République Alassane Ouattara à la Reine Akoua Boni II à Sakassou, le 1er  février 2020.

Avant d’aller en profondeur, dans notre analyse, je vous livre un extrait des propos du Chef de l’Etat, lors de cette rencontre : « Je suis sûr que quand il aura l’occasion de me recevoir, cela permettra de faire avancer les choses, au nom de la grande famille houphouétiste que nous représentons, car nous sommes véritablement des héritiers du président Félix Houphouët Boigny. Je tiens à la concorde entre les enfants de mon papa » (Confère le quotidien Soir Info du lundi 3 février 2020). Cette initiative du numéro 1  des Ivoiriens de chercher à rencontrer son aîné Henri Konan Bédié, afin de se réconcilier avec lui, est louable. Mais pourquoi maintenant ? Comme le disait leur défunt père Félix Houphouët-Boigny : «  Dans la recherche de la paix, de la vraie paix, de la paix juste et durable, on ne doit pas hésiter un seul instant, à recourir, avec obstination au dialogue ». Pourquoi après leur séparation, n’avoir pas recherché obstinément la paix entre héritiers ?

 Nous avons plutôt assisté à une « guerre » entre les houphouétistes. Et cela s’est matérialisé par des déclarations de part et d’autre. Le  directeur exécutif du Rhdp, Adama Bictogo : « Pendant de longs mois, nous avons attendu qu’Henri Konan Bédié décide s’il allait rester dans notre alliance. Lorsqu’il en est parti, nous aurions pu aller droit à l’échec, mais le président Alassane Ouattara a décidé de poursuivre dans la voie du parti unifié, car il estime que le RHDP est salutaire pour notre pays. Finalement, il y a en tout et pour tout quatre personnes qui ne sont pas venues avec nous (…). Au PDCI, il n’y a plus personne ».

 Et celle du président du PDCI, Henri Konan Bédié : « Vous comprenez leurs regrets, quand je suis avec eux je ne suis pas xénophobe et ivoiritaire ; pour d’autres je suis un repère. Depuis que j’ai pris mes distances d’eux je suis ivoiritaire et xénophobe. Si après un divorce un partenaire accuse beaucoup l’autre c’est parce qu’il a toujours des sentiments pour lui ».

Le président Alassane Ouattara, se sentant moins rassuré veut-il se rapprocher de son allié afin de gagner avec assurance la présidentielle ? Pour remporter la présidentielle, que fera le Rhdp avec un parti comme le PDCI qui selon eux, « il n’y a plus personne » ? Le Rhdp a toujours des sentiments pour le PDCI ? Tout ce bruit, pour après se retourner vers l’aîné ? Arrêtez de fatiguer le peuple ivoirien.  Nous assistons à toute une théâtralisation politique des deux houphouétistes. Cette  réconciliation voulue est-elle vraiment véritable et sincère à 9 mois de la présidentielle ? N’est-ce pas des arrangements et deals politiques encore qui se trament ? Car nos hommes politiques ont toujours des tours de magie.

Que cette réconciliation ne se limite pas uniquement aux houphouétistes. Mais M. le président Alassane Ouattara, réunissez vos frères Guillaume Soro, Laurent Gbagbo, Charles Blé Goudé, Henri Konan Bédié et dialoguez pour des élections apaisées et une paix juste et durable. Je terminerai par les propos de Félix Houphouët Boigny «Gardons notre cher pays, d’erreurs irréparables qui pourraient, dans l’avenir, l’amener à regretter ses oiseaux et ses arbres ».

N’Dri Koffi

Lemediacitoyen.com 

 

Lire aussi:
Révision de la liste électorale, ce que le Wanep a constaté dans 450 centres

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*