Arrimage CMU-Mugef-ci, Mesmin Komoé annonce des décisions

Arrimage CMU-Mugefci
Mesmin Komoé, PCA de la Mugefci se prononce sur la crise de l’arrimage à la CMU (DR)

Face aux difficultés d’accès des mutualistes aux différentes prestations, le PCA de la MUGEF-CI Mesmin Komoé a annoncé que « l’Assemblée Générale de la MUGEFCI prévue se tenir dans ce mois de décembre (2019), va se réunir pour arrêter de grandes décisions en rapport avec cette situation ».

 Et d’ajouter : « Nous voudrions avant cette Assemblée Générale ouvrir une large journée de concertation avec l’ensemble des mutualistes en activité comme à la retraite parce que pour nous être ensemble c’est un privilège ».

Cette intervention s’est faite le jeudi 5 décembre lors de son passage sur les antennes de la RTI1. Poursuivant, le responsable de la MUGEF-CI a  présenté ses excuses aux mutualistes. Il a indiqué que la MUGEFCI a mis en place une équipe de techniciens à l’effet d’adresser toutes ces difficultés et de proposer des solutions.

Selon lui, certaines sont immédiates et ont déjà commencé à rentrer en vigueur. D’autres prendront quelques jours « mais en tout état de cause l’ensemble de ces difficultés va être résorbé ».

Mesmin Komoé a aussi indiqué que l’action de communication initiée  vise à expliquer et à informer l’ensemble des mutualistes sur les nouvelles procédures relativement à l’arrimage CMU/MUGEFCI. Mais aussi à recueillir les difficultés afin de trouver les solutions durables à cette situation nouvelle.

Mesmin Komoé  rappelle que l’arrimage CMU/MUGEFCI repose sur trois raisons essentielles.

« La première, c’est que nous souhaiterions offrir à l’ensemble des mutualistes et cela conformément à la recommandation 202 de l’OIT une prise en charge complète incluant les consultations médicales, les analyses médicales, les hospitalisations avant d’arriver aux médicaments.

La deuxième raison est de maintenir la solidarité mutualiste acquise depuis à peu-près 46 ans de sorte que cette solidarité mutualiste puisse venir compléter le régime de base de la CMU et que les prestations qui ne seraient pas dispensées par la CMU puissent continuer à l’être au niveau de la MUGEFCI.

La troisième raison essentielle est la mutualisation de nos cotisations pour que les mutualistes qui sont dans les ménages à faibles revenus ne sentent pas fortement l’effet de cette nouvelle cotisation relativement à l’environnement nouveau parce que le principe mutualiste est que chacun cotise en fonction de ces moyens mais reçois en fonction de ces besoins », a-t-il expliqué.

Depuis le mois d’octobre 2019, la Couverture Maladie Universelle en Côte d’Ivoire a commencé ses prestations. Les fonctionnaires sont la première cible concernée. Et ces derniers se plaignent de désagréments sur le terrain. Des manifestations ont eu lieu par endroit pour exprimer le mécontentement.

Marina Kouakou

Lemediactoyen.com

Lire aussi:
Covid-19, Dr Alain Tresor Diby, sociologue: “ stress, obsession, ce qui peut se passer à la levée des restrictions"

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*