Coronavirus, un ivoirien installé en Chine dresse le point de la situation

coronavirus
Dr Koffi Stéphane, ivoirien et prof d’université en Chine (DR)

Dr Koffi Stephane  Landry, ivoirien et  professeur d’université en Chine.  Il vit en ce moment à  Chongqing city mais est  installé dans l’Empire du milieu depuis 13 ans. Il dresse le point de la situation et  donne des nouvelles de la communauté ivoirienne en lien avec la survenue de l’épidémie de coronavirus dont Wuhan est l’épicentre . 


« L’ambassade a établi une cellule de crise »

 

Quel est le point de la situation en Chine où vous êtes en ce moment?

La situation bien qu’alarmante, semble se stabiliser.  Les autorités chinoises ont mis et continuent de mettre en œuvre tout un dispositif pour limiter la propagation de l’épidémie. Les soins sont dispensés rapidement aux malades et même certains ont récupéré et sont rentrés en famille, bien sûr avec des visites d’équipes médicales à leur domicile.
On nous fait savoir qu’il y a des antidotes découverts mais les tests seront à leur terme après 08 à 12 mois.                                                                                         

 Comment la communauté ivoirienne vit la survenue de l’épidémie ?

En ce qui concerne la communauté ivoirienne, il n y a pas de panique. Nous sommes tous en contact régulier pour  nous assurer de l’état de santé de nos frères et sœurs, une cellule de crise a été mise en place à cet effet.

 L’épidémie touche-t-elle des ivoiriens ?

Non, pas au niveau médical pour le moment.  Dieu merci.  Mais il est difficile de s’approvisionner en vivres tant pour les étudiants que pour le reste de la communauté. Cela est dû à la mise en quarantaine de certaines villes et bien sûr au blocage des activités.

Existe-t-il des mesures de prévention éditées au sein de la communauté ?

Nous suivons les mesures de prévention diffusées à la fois par le gouvernement chinois, l’OMS et l’ambassade de Côte d’Ivoire: éviter de sortir sans masque, éviter les lieux groupés et  manger des repas préparés. 

coronavirus

                                                                 

L’ambassade ivoirienne a-t-elle mis en place un dispositif particulier ?

L’ambassade a établi une cellule de crise et est à pied d’œuvre pour soulager la communauté.

 La communauté est-elle en contact avec Abidjan, sinon quelles sont vos attentes vis à vis des autorités ivoiriennes ?

Naturellement chaque ivoirien est en contact avec sa famille maintenant en ce qui concerne nos attentes nous avons le canal approprié pour en discuter et c’est l’ambassade de Côte d’Ivoire.
C’est un peu difficile de le dire. Certains veulent rentrer du fait des restrictions exagérées et le risque encouru.

Comment avez-vous accueilli le don annoncé par le gouvernement ivoirien?

Nous avions apprécié l’effort du gouvernement mais certains sont lésés car nous subissons aussi l’inconvénient de la crise. Or l’aide du gouvernement se penche sur ceux de Wuhan exclusivement. Le coût de vie a exagérément augmenté, l’inflation a atteint le paroxysme et il faut une répartition plus ou moins équitable du geste du gouvernement.

Ce don répond à une situation de crise qualifiée de crise humanitaire internationale selon l’Oms. Il était donc naturel que nos autorités réagissent. Les étudiants de Wuhan, épicentre de l’épidémie en sont les bénéficiaires.

Les fake news autour de l’épidémie alimentent-elles  la psychose ?

Il y a en effet de folles rumeurs mais comme je l’ai dit plus haut,  nous ne suivons que les informations données à la fois par les autorités chinoises, l’Organisation Mondiale de la Santé et l’ambassade de Côte d’Ivoire.

Les news avancées via CNN font état de plus d’une dizaine de milliers de personnes infectées.  Le problème est que CNN ne mentionne aucun cas traité or les médias ici nous disent qu’il y a des personnes traitées et guéries.

Actuellement en Afrique, l’opinion publique se plaint du non rapatriement des ressortissants africains alors que d’autres pays rapatrient leurs compatriotes. Quel commentaire faites-vous à ce propos ?

A ce niveau il faut faire remarquer que seuls les étrangers vivant à Wuhan ont été rapatriés. Le rapatriement en lui-même est volontaire, si même un avion était disponible tout de suite, il faudra que les Ivoiriens d’ici manifestent leur volonté de rentrer. Je pense que nos autorités, en ce qui concerne la Côte d’Ivoire sont à l’écoute de la communauté et prendront les mesures adéquates.

Interview réalisée via whatsapp par 

Nesmon De Laure

coll: Marina Kouakou

Lemediacitoyen.com

 

Lire aussi:
16 jours d’activisme, le Zonta club d’Abidjan et des collégiennes donnent de la voix

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*