Décryptage/ Malgré le lancement en grande pompe du  RHDP, Alassane Ouattara reste isolé

|339 vues |
Décryptage/ Malgré le lancement en grande pompe du  RHDP, Alassane Ouattara reste isolé
Les co-fondateurs du RHDP groupement politique seront bien absents, un camouflet pour M. Ouattara ce 26 janvier (DR)

L’image est saisissante. Alassane Ouattara prononce ce samedi 26 janvier 2019, un discours RHDP autour de midi. Du moins si l’on s’en tient au programme du congrès du RHDP parti politique. Il n’aura pas à ses côtés Henri Konan Bedié, Soro Guillaume, Anaki Kobenan ni même Francis Wodié qui l’avait rejoint entre les deux tours de 2010. Ces derniers très enthousiastes au début de l’aventure RHDP dans les années 2005 ont déjà déchanté. Alassane Ouattara se retrouve seul dans son coin.

Alassane Ouattara est à un an de la fin de son deuxième mandat, un homme isolé et affaibli politiquement contrairement à ce que veulent faire passer ses canaux de communication. La photo de Felix Houphouet Boigny adjointe à la sienne ne change pas grand-chose.

En effet le monde qu’avait Alassane Ouattara  en 2010, il ne l’a plus aujourd’hui.  Henri Konan Bédié, son cher aîné ne parle plus le même langage que lui. Avec Bédié, la majorité du PDCI a rompu avec Alassane Ouattara.

Il n’y a que quelques militants PDCI, surtout des cadres qui veulent avoir ou maintenir  des privilèges qui « disent » soutenir  Alassane Ouattara à travers son RHDP.

De plus, le froid qu’on ne peut cacher entre lui et son fils d’hier, Guillaume SORO a desservi OUATTARA dans le nord du pays anciennement son  bastion imprenable. Aujourd’hui, GUILLAUME Soro paraît plus populaire que Ouattara dans certaines contrées du  Nord surtout dans le Pays Sénoufo (régions du Poro, Tchologo, Bagoué et Hambol et aussi le Bounkani)

Malgré l’adhésion des factions minoritaires du MFA, PIT, UPCI et également de L’UDPCI (qui est contre la dissolution) les militants du RDR qui vont avec Guillaume SORO ne sont pas moins importants  que ceux qui viennent  avec ces micros partis. De plus, les démissions que connaît le RDR aujourd’hui sont presqu’inédites pour un parti au pouvoir en Côte d’Ivoire.

 Cela montre à quel point la gestion de la vie publique par le camp Ouattara et peut-être même des hommes de son entourage a déçu au plus haut niveau ses militants qui n’hésitent plus à le récuser publiquement.

La distribution de vivres et d’argent pour le lancement du RHDP montre bien l’affaiblissement du Président Ouattara. En 2010, il aurait juste suffit son mot d’ordre pour que le Félicía soit noir de monde dès 8 h mais après 8 ans de pouvoir, c’est par la distribution des vivres et la mise à disposition des bus que la mobilisation se fait. Un achat de conscience qui ne dit pas son nom.

Pour bon nombre d’analystes, le RHDP de 2019 n’est qu’environ  60% du RDR de 2010 tout au plus. En fait, c’est le RDR qui change de nom, mais avec moins de militants. Et toutes les personnes qui adhèrent au projet n’ont ni la capacité ni le leadership de ceux qui sont partis ( SORO , Bédié, Anaki Kobenan,… ) surtout que dans ce pays , aucun cadre débauché n’a réussi à faire basculer ses populations dans le parti politique auquel ils sont naturellement hostiles .

M. Ouattara est bien isolé et affaibli. Rien n’est plié ni géré pour paraphraser l’autre.  Le congrès des 25 et 26 janvier 2019   visent justement  à  camoufler cette réalité. Et ce camouflage a un lien certain avec la présidentielle de 2020. Déjà des voix dans son camp l’appellent à rempiler. 

Alain Touré

Lemediacitoyen.com

                   

 

1 Comment

Email


*