Médias, la digitalisation et l’image de l’Afrique au centre d’un colloque

|164 vues |
Le colloque a réuni plusieurs compétences du monde des médias. (DR)

L’Institut de Journalisme et de la Communication (IJC) de l’Université de l’Atlantique (UA) a organisé un colloque universitaire international.Ledit colloque tenu le 29 août  à Abidjan-Plateau, vise à «permettre aux professionnels de la communication, aux journalistes professionnels, et aux professionnels des technologies de l’information et de la communication (TIC), de partager leurs expériences avec les apprenants ».

Cette 4ème édition a mis l’accent sur l’évolution des médias africains. Elle  s’est axée sur les thèmes: « l’impact du progrès technologique dans la pratique du journalisme aujourd’hui », et « l’image de l’Afrique dans les medias occidentaux ».

Intervenant sur le sous thème « la révolution du digital et des medias ivoiriens », Francis Domo, représentant de l’agence national de presse, a relevé qu’un  « journaliste doit repenser ses relations avec le public. Car a-t-il-dit, nous assistons aujourd’hui à une floraison d’informations numériques ». Et d’ajouter : « L’Agence National de Presse a identifié 130 sites d’informations numériques, parmi celles-ci il n’y a que 10 sites d’informations déclarés.»

Theodore Kouadio de Fratmat.info, a mis en exergue le fait que  les jeunes adoptent le plus la lecture en ligne.  « Les jeunes aujourd’hui ne s’intéressent plus à la lecture des journaux papier. Avec l’évolution de la technologie ils préfèrent s’informer en ligne. En même temps qu’ils lisent, ils partagent immédiatement avec leurs amis. La tranche d’âge des lecteurs des journaux papiers tournent autour de 35 ans à Fraternité Matin. Pour Fratmat.info, la tranche d’âge se situe de moins de 35 ans à 17  ans» a-t-il constaté.

Les journalistes invités à plus d’engagement (DR)

Journaliste à Jeune Afrique, André Silvère Konan  est  intervenu lors du 6ème panel autour de la thématique « le rôle des medias africains dans le changement de perception du continent africain ». Dans son intervention, le journaliste a indiqué qu’« un media ivoirien ne doit pas attendre une information venant des medias occidentaux avant d’informer. Un journaliste sans réseaux est un journaliste qui se contente du peu. » Aussi, a-t-il invité les journalistes africains à faire véritablement leur métier. Celui d’informer la population. « Notre devoir est celui d’informer le public, ce n’est pas de communiqué l’information que veut entendre le public. », a-t-il conclut.

Selon Amos Béonaho, président du comité d’organisation, « Les résolutions de ce colloque seront utiles pour tous les étudiants de l’UA y compris tous ceux qui pratiquent le métier du journalisme ».

Sous le parrainage de Mabri Toikeuse, Ministre de l’enseignement supérieur et de la Recherche scientifique la quatrième édition du colloque a vu la participation de plus 20 étudiants, 25 journalistes, 15 panelistes et du super Ebony 2018.

La conférence inaugurale a été prononcée par Yao Noel, ancien président et fondateur de l’UNJCI Yao Noel.

Ruth  Assoko(stagiaire)

Lemediacitoyen.com

Lire aussi:
COP 22, le leadership chérifien pour porter la voix de l’Afrique

Email


*