La cherté de la vie, Beugré Mambé  et la hausse du coût de l’électricité secouent (revue de presse)

La cherté de la vie
Robert Beugré Mambé a utilisé une formule mathématique pour réagir à la cherté de la vie, provoquant l'ire des médias sociaux. (DR)

La cherté de la vie et l’augmentation de l’électricité sont d’actualité ivoirienne de la semaine du 29 avril  au 5 mai 2024.

Le mercredi 1er mai 2024, les travailleurs et travailleuses ont célébré la fête du travail. Et  cette cérémonie s’est tenue à la primature en présence du chef de de gouvernement Beugré Mambé. A cet effet, les responsables des centrales syndicales ont fait des revendications sur plusieurs points, dont la cherté de vie et la hausse des prix de l’électricité.  Se faisant ainsi porte-paroles de la montée de la grogne sur les médias sociaux et aux coins de rues.  C’est par une envolée mathématique que Robert Beugré Mambé a tenté d’atténuer les faits exposés en convoquant  » les fonctions polynômes ». Provoquant l’ire  des médias sociaux.

Concernant les revendications corporatistes, le Premier ministre ivoirien souligne que 209 milliards de francs CFA sont mobilisés pour mettre en place plusieurs réformes sociales. Robert Beugré Mambé promet que les points en suspens dans le cadre de la trêve sociale seront bientôt appliqués : « Nous allons mettre en place le comité paritaire dont il a été question, nous aurons des séances explicatives, nous allons établir un calendrier des réalisations et, quatrièmement, nous allons rendre compte pour que vos revendications ne restent pas dans les tiroirs mais trouvent un visage ».

Par ailleurs, Alassane Ouattara  a signé le vendredi 03 mai 2024 des décrets de nomination de  trois ministres conseillers à la présidence de la République et cinq vice-gouverneurs du district autonome d’Abidjan.

Ainsi, au titre de la présidence de la République, Jeannot Kouadjo Ahoussou, ancien président du Sénat, est nommé ministre d’État, conseiller spécial à la présidence de la République.  Abdallah Albert Toikeusse Mabri, ancien ministre d’État, est nommé ministre, conseiller à la présidence de la République. Mamadou Sanogo, ancien ministre, est nommé ministre, quant à lui,  conseiller à la présidence de la République.

Au titre du gouvernement, sont nommées vice-gouverneurs du district autonome d’Abidjan, Paulin Claude Danho, premier vice-gouverneur.  Il est secondé par  Brou Adjoua Jeanne épouse Peuhmond.  Nassalatou Diaby devient troisième vice-gouverneur.  Éric Taba Glaou se retrouve  quatrième vice-gouverneur et  Ibrahim Konaté, cinquième.

Ces nominations sont diversement accueillies dans l’opinion. Pour les uns, ce sont les « mêmes profils » qui sont remis en scelle. Pour d’autres il s’agit de « récompense », de « compensations » ou encore de « visées électorales pour 2025 ». 

De son côté, Simone Ehivet Gbagbo appelle à une réforme de la CEI :  « Il nous faut une CEI indépendante des partis politiques », a affirmé la présidente du parti politique Mouvement des Générations Capables (MGC), le samedi 4 mai 2024 Elle a fait cette sortie à l’occasion de la deuxième édition de la fête des libertés  à Bondoukou.  Le thème à l’odre du jour  »  Dynamisation de l’économie agricole et Libertés’’. 

Lors de son discours, elle a invité les populations et les politiques à œuvrer pour la paix et la cohésion sociale.  Pour l’ex-député co-fondatrice du FPI d’alors, la fête la liberté  qui est avant tout une occasion de commémoration du retour au multipartisme datant du 30 avril 1990, ne peut se faire sans la paix, la cohésion et les droits et libertés.

En outre, ce samedi 04 mai 2024 à Abidjan le président du Front populaire ivoirien (FPI), Pascal Affi N’Guessan dont le parti est un ‘’partenaire politique’’  , a affirmé que : « La Côte d’Ivoire a besoin d’un nouveau souffle. En 2025, nous porterons la voix du peuple. Ce n’est pas avec nous que le RHDP gouverne la Côte d’Ivoire ». M. Affi dénonce aussi des nominations « inutiles » et « un régime hyper-présidentiel » où tous les pouvoirs sont aux mains d’un homme.

Pour terminer, le nouveau préfet de région du Béré, préfet du département de Mankono, Diomandé Cyrille Ambroise, a pris fonction lors d’une passation de charges supervisée, ce samedi 4 mai 2024 par l’inspecteur des services de l’administration du territoire, Gnekré Joseph Thierry, à Mankono.

Une selection de Ruth Assoko 

Lemediacitoyen.com

Lire aussi:
« PROFESSEUR SERY BAILLY : « Phare » de l’intelligentsia ivoirienne »

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*