La présomption d’incompétence, un truc fou du patriarcat (édito)

La présomption d'incompétence
La présomption d'incompétence est une plaie du système patriarcale sans laquelle la femme aurait plus d'espace en politique. (Dessin/ OP-E)

La présomption d’incompétence de la femme. Ce bien fou précieux du patriarcat. Il revient constamment dans la vie publique.  Mais surtout en politique.

Les femmes en politique sont sous-estimées  malgré les progrès au niveau légal.  Cela se traduit par les traits distinctifs ci après. Minimisation , ignorance  des compétences, des perspectives et des contributions des femmes dans le domaine politique. s’invitent  alors les stéréotypes négatifs sur les capacités des femmes à exercer des postes de responsabilité politique,  la marginalisation et la discrimination systématique.

Cette présomption d’incompétence agace.  » Nous demander à nous femmes de démontrer de quoi nous sommes capables. Je veux bien. A condition que les hommes nous démontrent de quoi ils sont capables », disait la journaliste et formatrice sénégalaise, Eugenie Rokhaya Aw lors d’une rencontre sur les femmes et les médias.  Françoise Giroud disait également dans Le Monde en 1983 que « La femme sera vraiment l’égale de l’homme le jour où, à un poste important, on désignera une femme incompétente. »

Et moi je dis: « Je préfère la parité que d’avoir 98 hommes sur 100, qui ont peu de résultats. La pression de la compétence ne devrait pas peser sur les seules épaules des femmes à mon avis. Je suis pour la parité car les hommes n’ont rien foutu et au tour des femmes c’est la présomption d’incompétence qui prévaut. C’est injuste. En Côte d’Ivoire il existe tellement de femmes cadres »

Nesmon De Laure

Lire aussi:
Le brouhaha, un terreau fertile pour l'extrémisme violent (édito)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*