Nécrologie/ Droit à la Terre et à l’eau, les acteurs pleurent Khadidja Koné, une grande combattante

|173 vues |
Maintenir la flamme de la lutte pour la dignité humaine afin d’honorer la mémoire de Mme Koné.

C’est la tristesse et  la désolation à  la Convergence Globale des Luttes pour la terre, l’eau en Afrique de l’Ouest. Khadidja Koné, point focal Côte d’Ivoire de la convergence globale Terre et Eau est décédée au petit matin du premier janvier 2019. Les acteurs de la société civile lui rendent un hommage.

Sa voix fluette va manquer aux rencontres bilan et  préparatifs des actions de lutte pour la dignité humaine. Elle se battait pour la prise en compte de la dimension humaine et l’environnement dans les activités de développement. Khadidja Koné, point focal Côte d’Ivoire de la Convergence globale Terre et Eau en Afrique de l’ouest est décédée au petit matin du premier janvier 2019.

 « Elle ne répondait plus aux mails depuis la fin de la deuxième  caravane ouest africaine en faveur de  l’agroécologie paysanne  le 30 novembre 2018. Et nous avons appris son décès le 1er janvier », confie M. Gbeuli Severin, chargé de communication à la plateforme nationale ivoirienne de la Convergence.

La nouvelle de son décès s’est répandue comme une traînée de poudre, tellement son aura était grande. C’est toute la société civile ouest africaine qui est consternée. Les messages d’hommages se multiplient.

« Le mouvement de la société civile Ouest africaine en deuil, notre mère et grand-mère point focal Côte d’Ivoire de la convergence globale Terre et Eau Afrique de l’ouest,  Mme Koné nous a quittés, hier, aux premières heures de l’année 2019 (Ndlr : 1er janvier). Toutes les ADDAD (Ndlr : Association de défense des Droits des Aides ménagères et Domestiques ) par mes écrits pleurent le décès d’une battante, une dynamique, une icône de la lutte citoyenne. A sa famille attristée, nos condoléances les plus émues, à ses camarades de lutte notre compassion la plus sincère », note Roukiatou Somlare du Burkina Faso.

Le béninois Luc Expédit affiche aussi sa consternation.   « Tantie Khadija comme je t’appelais, c’est la nouvelle de ton décès qui me réveille ce matin. Depuis le matin je n’en revenais pas, pourquoi toi? Militante très engagée pour les droits humains à la terre l’eau et aux semences paysannes. Malgré ton état de santé tu as fait toutes les étapes de la 2ème édition de la caravane ouest africaine. Je me rappelle comme si c’était hier.  Le 30 Novembre 2018 , assise à la terrasse de ton dortoir,   tu appelais Massa Koné d’une voix  très faible. Malgré cela,  tu as coordonné  la dernière réunion de compte rendu de la caravane au Bénin avant le départ des caravaniers et caravanières. Tu es partie au moment même où nous avons encore besoin de tes sages conseils. Tu es partie les armes à la main Repose en paix », note le président de l’ONG Vision pour l’Avenir/ Novox Benin.

 « Je l’ai vue pour la dernière fois à l’étape d’Aboisso  (l’Est ivoirien) de la caravane ouest africaine en novembre dernier. Elle se battait pour que les femmes accèdent à la terre. Elle était taquine aussi. Je me souviens quand elle disait : « les hommes sont dans leur bureau mais ils ont des champs d’hévéa. Quand les femmes n’auront pas de terre pour semer le vivrier, on va voir comment ils vont manger » c’est une grosse perte pour les petits paysans, les communautés rurales, les femmes et les jeunes », a publié la journaliste ivoirienne  Nesmon De Laure, vice-présidente de la plateforme Media For Change engagée pour les objectifs du développement durable.

Le Media Citoyen  présente ses condoléances aux personnes physiques et morales  affligées par cette perte.

Justice Vero

Lemediacitoyen.com

Lire aussi:
Justice juvénile, Bondoukou acquiert plus de confidentialité pour les enfants et les adolescents

Email


*