Scrutin présidentiel, Lider dénonce un désordre juridique

     Scrutin présidentiel 2020. Le parti LIDER  de Mamadou Koulibaly dénonce un désordre juridique au sujet de la publication de la liste des candidats retenus. 

     GBEKIA Monique, Présidente de LIDER, a animé une  conférence de presse le 9 septembre 2020 à Abidjan-Cocody. Objectifs : entre autres, expliquer le choix de la candidature Indépendante de Mamadou Koulibaly et analyser le contexte juridique de l’examen des dossiers de candidatures à l’élection présidentielle d’octobre 2020.

      Concernant le contexte juridique. Il -y-a contradiction entre le code électoral et la constitution ce qui a des incidences sur le processus électoral c’est ce qu’a démontré la  présidente du parti.

       En effet pendant que l’article 127 de la constitution dispose : << Le conseil constitutionnel arrête et publie la liste définitive des candidats à l’élection présidentielle quinze jours avant le premier jour du scrutin, après que la commission indépendante chargée des élections a procédé à la vérification des dossiers des différents candidats et publié la liste provisoire des candidatures. >>

     L’article 56 du code électoral quant à lui dispose que : << Le conseil constitutionnel établit la liste des candidats après vérification de leur éligibilité. Il arrête et publie la liste définitive des candidats quarante-cinq jours avant le premier tour du scrutin. >>

      Il émane de l’article 127 de la constitution que premièrement la liste définitive des candidats à la présidentielle est connue quinze jours avant le scrutin et que deuxièmement la .CEI ( Commission Électorale Indépendante) statue en premier ressort sur les dossiers de candidature, par exemple dans le cadre du parrainage citoyen, pour laisser le temps aux candidats de remplacer des parrains querrelés.

       De l’article 56 du code électoral il ressort que la CEI ne statue plus, elle transmet tels quels les dossiers de candidature au conseils constitutionnel. Par ailleurs, il n’y a plus de liste provisoire mais une liste définitive de candidatures dévoilée quarante cinq jours avant le premier tour du scrutin ce qui est plus logique et aide à une meilleure organisation du candidat ainsi par exemple qu’à une levée de fonds optimale.

         << LIDER prend à témoin la communauté nationale et internationale sur l’imbroglio voire le désordre juridique qui entoure l’élection présidentielle d’octobre 2020 >>.

        En ce qui concerne la position de LIDER sur le troisième mandat, elle est constante pour Mme GBEKIA <<Depuis 2016 nous avions décrié la nouvelle constitution, nous sommes dans la même logique. Nous sommes contre le 3e mandat. D’ailleurs nos militants ont pris part à la marche initiée par Mme Pulchérie Gballet. Nous sommes solidaires des plaintes portées par GPS, le PDCI et Affi N’guessan auprès du conseil constitutionnel. Nous attendons l’avis du conseil constitutionnel >>.

     C Sur la question d’un éventuel boycott du scrutin le vice président M. Yacourwa Koné se veut précis << Nous ne boycottons pas le scrutin car nous pensons qu’il est possible de régler les soucis au sein de la CEI >>.

        Et d’ajouter << à LIDER, nous sommes convaincus que le système présidentiel n’est pas bon, il faut le changer. Le nouveau contrat social que propose le propose le professeur Mamadou Koulibaly est rénovateur. Aussi à LIDER nous croyons en la souveraineté. C’est Nous qui créons le cadre de la discussion. On souhaite que les conditions des élections changent et nous irons aux élections que  nous remporterons >>.

       Pour  Monique GBEKIA, << la candidature indépendante du professeur Mamadou Koulibaly s’explique par cette volonté de fédérer au-delà des frontières de LIDER, c’est à dire, de rallier une foule d’hommes et de femmes de bonne volonté attirés par une soif irrépressible de changement. Cette candidature non-partisane , du type de celle qui a fait triompher Mamadou Koulibaly à la mairie d’Azaguié, porte en elle-même les germes de son triomphe. En effet par expérience, divers partis ont porté sa candidature à la mairie d’Azaguié. C’est fort de cette cohésion autour de lui que nous avons choisi d’aller en indépendant >>.

Délorès Pie

Lemediacitoyen.com 

Lire aussi:
Affaire Cour africaine des droits de l’Homme,  Abidjan rattrapée par un amateurisme juridique

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*