Yopougon-Gesco, un centre d’écoute au profit des femmes violentées, une initiative du Zonta Club

une conférence de sensibilisation a été organisée le vendredi 31 janvier autour du thème : « Infidélité et violences conjugales », toujours à Gesco (DR)

Pour faire face aux agressions sexuelles et violences conjugales répertoriées  à  Yopougon-Gesco (Abidjan), le Zonta club international fait un geste important. Il s’agit d’un appui financier au  centre de santé communautaire du quartier. L’objectif est la construction d’un centre d’écoute et d’orientation au profit des victimes.

  La formation urbaine, sanitaire et communautaire de Yopougon-Gesco vient de bénéficier d’un financement de 3000 dollars  US (environ 1 785 000 Franc CFA) du Zonta international. Cet appui  sert à la réalisation d’un centre d’écoute, de sensibilisation et d’orientation des femmes violentées.  Ce bâtiment en construction sera inauguré dans peu de temps.  Il va donc  servir de cadre pour recevoir ces femmes-là, qui sont blessées moralement, psychologiquement et physiquement, pour les rassurer, les orienter et  les sensibiliser à certains comportements.  

 Bonnel Marie-Louise, chef du projet, se réjouit de l’éligibilité dudit projet. « Lorsque cette opportunité s’est offerte au club d’Abidjan, nous l’avons  conceptualisé selon les orientations du Zonta international et selon toutes les règles de conception d’un projet.  Et maintenant, il faut l’exécuter ; l’exécution doit être réalisé par le centre lui-même, parce que c’est le centre qui a reçu directement le fonds », dira-t-elle. Satisfaction  également  de la part de Kouassi Rose Lima, gestionnaire de la formation urbaine, sanitaire et communautaire de Gesco. «  Je tiens à dire merci au Zonta international. Son arrivée est salutaire, parce qu’à Gesco, nos femmes souffrent assez ; il fallait que ce club arrive pour éveiller les consciences, nous éclairer sur certains points.  A noter également qu’à cet effet, une conférence de sensibilisation a été organisée  le vendredi 31 janvier autour du thème : « Infidélité et violences conjugales », animée respectivement par Me kohou Lebailly Gisèle, avocate et Berthe Odile Pohan, psychologue. Pour cette dernière, les femmes qui vivent des situations de violence ont souvent de la difficulté à les reconnaître.

 « Il est difficile de mettre des mots sur ce qui est vécu : difficile d’admettre que l’on est victime de violence conjugale.   Il y a la violence physique, celle que l’on voit et qui marque la peau. Et il y a la violence psychologique, celle qui est injectée dans la victime comme un poison subtil et toxique qui se répand de manière progressive et qui peut se manifester sous différentes formes dont la violence verbale, le harcèlement sexuel et la violence économique », soulignera la psychologue. Six (6) sous-quartiers précaires de Gesco ont déjà reçu la visite du Zonta club d’ABIDJAN accompagné d’un psychologue et d’un juriste pour la phase de sensibilisation autour d’un thème précis.

Cette action a lieu à l’issue de plusieurs témoignages d’agressions sexuelles et de violences conjugales dans le quartier. 

Daniel Susper

Lemediacitoyen.com

 

 

Lire aussi:
Enfance et jeunesse,  vers l’adoption d’un plan national de protection, le plaidoyer de l’Unicef

 

 

 

 

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*