A Abidjan, il y a toujours quelque chose de nouveau / Boris Anselme Takoué

|188 vues |
Le phénomène Maria Mobil mobilise les réseaux sociaux people (DR)

   Je ne sais pas si vous avez constaté comme moi, qu’à Abidjan, il y a toujours quelque chose de nouveau. Et ce, peut importe le domaine. Prenons le cas par exemple des réseaux sociaux en Côte d’Ivoire. Chez nous, en tout cas, on ne s’ennuie pas ou presque jamais. Parce que là-bas, il y a aussi toujours quelque chose de nouveau pour occuper les internautes. Quand ça se présente, ça chauffe bien, ça amuse, ça fâche… En un mot, ça crée toute sorte d’émotion pendant un bon moment jusqu’à ce qu’un autre « affairage» s’en suive.  

     Récemment, Maria Mobil « la star des clips », de passage dans la capitale économique ivoirienne Abidjan, et venue soutenir l’artiste-chanteur Ariel Sheney pour son concert, avait été invitée à l’émission C’MIDI de la RTI1. A cette occasion, une jeune fille ivoirienne influencée de la tête aux pieds par le style de ce mannequin, et qui, apparemment, a un trait de ressemblance vis-à-vis de cette dernière, avait été aussi invitée à l’émission pour lui témoigner son amour. Après cet épisode, c’était l’affaire de « sosie » qui battait son plein sur les réseaux sociaux.   

    Que n’avons-nous pas vu ici ? On voyait des gens neutres, publier des photos, disant qu’ils ressemblaient à telle star. Quelle idée  de faire parler de soi aussi en se collant forcément à une figure de proue ! Mais parmi ces multiples publications, il y en avait certaines qui n’en valaient pas du tout la peine d’être présentées, tellement c’était drôle. Les gens en ont ri au passage.   

Boris Anselme
Boris Anselme Takoué, journaliste-écrivain

       La fois d’avant, il y avait aussi cette histoire de « morsure » qui avait fait le tour de la toile en Côte d’Ivoire. En effet, les médias ivoiriens avaient rapporté que les comédiennes Eunice Zunon, et Yvidéro,  s’étaient bagarrées lors d’un tournage dans une cité balnéaire et une avait mangé et pardon, « mordu » l’autre. A l’issue donc de cette palabre, c’était devenu l’affaire des internautes ivoiriens. Plus loin, certains avaient pris pour en faire un concept.

     J’ignore peut-être qui des Camerounais où des Ivoiriens sont des champions en « affairage ». Mais apparemment, « il y a match » comme on le dit si bien à « babi » ici. Et quand il n’y en a pas, on a l’impression que les gens s’ennuient comme s’ils n’avaient rien du tout à faire. Et pourtant, si !

    A propos, un ami me disait il y a quelques jours, que ce genre de situation permet aux gens d’oublier leurs soucis et de se distraire. Et que c’est un peu comme la présence d’entre autres de l’alcool, la cigarette, dans la société, qui aident les individus à se  soulager. Au fond, il n’a pas tort ce dernier.

   Je ne sais pas quel serait l’« affairage » de demain et comment ça va se présenter. Mais une chose est sûre : c’est qu’Abidjan, il y a toujours quelque chose de nouveau. On attend donc de voir ça ! hi ! hi ! hi !    

Boris Anselme Takoué,

Journaliste-écrivain

Lire aussi:
Forum de Tunis sur l’égalité du Genre : En avant vers Beijing+25/ par Laetitia Goli, experte genre et féminisme

Email


*