CEI locales, Henriette Lagou,…la rencontre Gon- partis politiques livre des secrets

classe politique
Image de la première phase de concertation entre le premier ministre et les partis politiques sur le code électoral (DR)

Amadou Gon Coulibaly, le premier ministre ivoirien, a reçu les partis politiques le 9 janvier 2020 à Abidjan.   A l’ordre du jour, le dialogue autour d’une révision du code électoral dans la perspective des élections de 2020. Toutefois, des représentants de partis politiques ont abordé la question de la  CEI.

 

Les images d’une rencontre conviviale a fait le tour de la toile le 9 janvier. On en sait un peu plus sur les vérités dites à cette réunion. Le premier ministre a balisé le cadre des échanges dans son propos liminaire. Il a rappelé, comme indiqué dans la lettre d’invitation, qu’il s’agit d’une deuxième phase de dialogue. Et cette fois au sujet du code électoral.  De première phase, il faut se référer  aux échanges de 2019 autour de la réforme de la  Commission Electorale Indépendante (CEI). Echanges que le PDCI et Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté (EDS) n’avaient pas poursuivis à terme.

Réagissant, ces deux entités politiques ont réaffirmé leur position, estimant que la CEI n’est pas consensuelle. Néanmoins, elles acceptent de discuter autour du code électoral, avec en tête que la CEI sera un jour reformée.

Affi N’Guessan  du FPI, qui figure dans la CEI, n’y est pas allé de mains mortes. S’il a réaffirmé qu’elle est plus ou moins acceptable, il demande un bilan de la mise en place de  la nouvelle CEI.  L’ancien premier ministre trouvant anormal qu’il n’eût  pas de réunion sur la question après septembre 2019. Par ailleurs, Il dénonce une représentativité des CEI locales à dominance RHDP,  selon lui. Puis remet en cause la casquette de représentante de l’opposition portée par Henriette Lagou, laquelle est de notoriété proche du RHDP. La position du gouvernement n’a pas pour autant changé. Pour le gouvernement, la CEI actuelle reste irréprochable.

Quant au code électoral, le dialogue est à la phase des concertations. Les partis entendent présenter leurs propositions. Une autre information. La voix des soroïstes n’a pas été entendue à cette rencontre. Affoussiata Bamba Lamine avait représenté les pro-Soro pendant les discussions sur la CEI en 2019.

Nesmon De Laure

Lemediacitoyen.com

Lire aussi:
Présidentielle de 2020, des cadres de la Marahoué s’activent pour Guillaume Soro

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*