Désertification, Ong, femmes, jeunes… au cœur des enjeux du « Abidjan Legacy Program »

    D’ici 2050, la sècheresse pourrait toucher 3/4 de personnes dans le monde. Aussi, 55 millions de personnes en sont victimes chaque année sur la planète.
Ces statistiques alarmantes ont donné lieu à la Conférence des Nations unies pour la lutte contre la désertification (CNULC) COP 15 sur la désertification dont la Côte d’Ivoire est partie prenante et assure la présidence depuis mai 2022.

    Jean-François Curtis, Conseiller de Alain-Richard Donwahi, Président en exercice de la COP15 Désertification, a animé une conférence de presse pour expliquer les attributions du président de la Cop 15 désertification. Ce, à l’occasion de la journée portes ouvertes à l’intention des médias. Elle a eu lieu le 30 juin 2023 dans leurs locaux à Abidjan.

    À cet effet il a clarifié le rôle du président Donwahi. « Alain-Richard Donwahi est chargé de faire le plaidoyer pour que les projets en rapport avec la désertification se réalisent. Il a donc un rôle stratégique et politique. À cet effet, il parcourt le monde pour assurer le plaidoyer en faveur de la restauration des terres dégradées, mobilise les partenaires et les financements. » a-t-il déclaré

    Aussi, il faut savoir que le président en exercice de la Cop 15 a été élu par acclamation lors de la 15e Conférence des Nations Unies pour la Lutte contre la Désertification qui a eu lieu à Abidjan en Mai 2022. Celle-ci réunit 196 États et c’est la première fois qu’un ivoirien préside une COP. À ce titre, Jean François Curtis invite les Médias à relayer largement ses actions. Il invite toute Organisation de la Société Civile et tout individu travaillant sur ces questions à les contacter pour un plaidoyer qui soit politique et financier dans le cadre de ses activités. Ce du moment où cela touche à la sécheresse, à la désertification ou à la dégradation des sols.
    Il a également présenté la feuille de route du président Alain-Richard Donwahi qui se décline en 5 piliers.
    Primo, le « Abidjan legacy programme » qui est une émanation de la cop 15 de mai 2022. Il s’inscrit dans le projet de lutte contre la désertification et la sécheresse avec différentes actions au niveau étatique, au niveau national pour lutter spécifiquement contre les questions de reboisement.
    Secondo l’appel d’Abidjan qui exhorte à accorder la plus haute priorité à la question de la sécheresse.
 Tertio, la déclaration d’Abidjan sur l’égalité des sexes. Quarto la déclaration terre vie et héritage et quinto les prérogatives du président de la cop 15. Il s’agit entre autres de la participation aux grandes rencontres internationales sur la thématique et du fait de veiller à la bonne exécution des plans nationaux de lutte contre la désertification.
Derrière ces initiatives nationales, il y a des initiatives régionales qui concernent les 5 continents.
    À ce jour, à mi parcours ce sont vingt trois missions et quatre partenariats stratégiques qui ont été réalisés.
Le mandat du président de la cop 15 désertification entend mettre en avant le secteur privé, la jeunesse et les femmes.
Au titre des missions réalisées, il y a un suivi de la mise en œuvre de la feuille de route de façon mensuelle, l’évaluation des résultats d’exécution de la feuille de route en cours.

    La mandature n’étant pas encore achevée, le président Alain-Richard Donwahi projette de signer une dizaine de partenariats, d’ici la fin de l’année notamment avec le secteur privé, la jeunesse, les ONG, les institutions ect. De plus au titre des perspectives, il y a l’intensification politique et financière du plaidoyer pour la grande muraille verte, la contribution aux projets régionaux de même que, le Suivi de la mise en œuvre du Abidjan legacy programme et la déclaration conjointe des présidents des 3 conventions de Rio.
    Le président de la cop 15 n’est chargé que du plaidoyer, son rôle n’est pas exécutoire. Il a un rôle stratégique et politique mais pas opérationnel.
    Rappelons que la COP Désertification a pour objectifs de lutter contre la Désertification et d’atténuer les effets de la sécheresse grâce à des mesures efficaces qui s’appuient sur des arrangements internationaux de coopération et de partenariat.
    Elle est à distinguer de la COP Climat et de la COP Biodiversité.

Delores Pie

Lemediacitoyen.com

 

Lire aussi:
Plaidoyer pour une gouvernance climatique inclusive, la convention de la société civile finalise 6 études 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*